7 juin 2009

L.A. Confidential, James Ellroy |AMHA S1E10|


L.A. Confidential se poursuit dans la lignée du Grand Nulle part. Son prologue pourrait être l'épilogue de ce dernier puisqu'on y narre le sort de Buzz Meeks, dernier survivant du Grand Nulle Part. Ce prologue donne la note pour la suite. 

Comme à son habitude, Ellroy nous propose un portrait de trois flics dévorés par les démons du passé balloté dans les remous d'une enquête qui tourne mal et dont les survivants ne sortiront pas indemnes.

Un livre à lire, malgré quelques longueurs, qui semblent être le défaut récurrent d'Ellroy.

Le film de Curtis Hanson (1997) est excellent également.

Quatrième de couverture


Trois flics dans le Los Angeles des années cinquante ... Ed Exley veut la gloire. Hanté par la réussite de son "incorruptible" de père, il est prêt àpayer n'importe quel prix pour parvenir à l'éclipser. Bud White a vu son père tuer sa mère. Aujourd'hui, il estdevenu un bloc de fureur, une bombre à retardement portant un insigne. "Poubelle" Jack Vincennes terrorise les star de cinéma pour le compte d'un magazine à scandales. Un secret enfoui dans sa mémoire le ronge. Il fera tout pour ne pas le laisser remonter à la surface. Trois flics pris dans un tourbillon, un cauchemar qui teste leur loyauté et leur courage, un cauchemar d'où toute pitié est exclue et qui ne permet à personne de survivre. L.A.Confidential est un roman noir épique. 

Extrait


- Sergent Vincennes, LAPD. Uniquement une adresse , pour Timothy V-A-L-B-U-R-N, masculin, blanc, entre vingt-cinq et trente ans. Je crois qu'il habite dans le district de Wishire.
- Je note. Restez en ligne, s'il vous plaît. Jack resta en ligne ; l'employé revint.
- C'est bien Wilshire. 432, South Lucerne. Dites, Valburn, ce n'est pas le mec souris de l'émission de Dieterling ?
- Si.
- Ben … euh … pourquoi êtes-vous après lui ?
- Possession de fromage de contrebande.



Informations éditoriales


Le Quatuor de Los Angeles :1. Le Dahlia Noir 2. Le Grand Nulle Part 3. L.A. Confidential 4. White Jazz
Publication en anglais : 1990
Publication en français : 1990
Editions : Rivages, Payot et Rivages
Traduction : Freddy Michalski
Pages : 698


Chez les blogopotes



CITRIQ

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire