9 oct. 2009

Fondation Foudroyée, Isaac Asimov [AMHA S1E31]

INFOS :
Le Cycle de Fondation 1. Fondation 2. Fondation et Empire 3. Seconde Fondation 4. Fondation Foudroyée 5. Terre et Fondation
Titre original : Fondation's Edge
Traduction : Jean Bonnefoy
Première publication : 1982
Pages : 508

MON AVIS :

Fondation Foudroyée est le quatrième opus du célèbre Cycle de Fondation, qui a obtenu en 1983 un Prix Hugo spécial de "Meilleure Série de Tous les Temps. J'ai lu les trois premiers volumes bien sûr mais ne m'en souviens pas assez pour les chroniquer ici.Vous trouverez tous les liens menant à des critiques et des explications précises de l'univers d'Asimov ci-dessous.

Le point de départ du Cycle de Fondation est basée sur la psychohistoire, qui est une science (au sens de la Fondation, bien sûr) qui étudie l'évolution des grands groupes humains afin d'en prédire le comportement futur, fort loin dans le futur même. Plus qu'une forme de psychologie, on a donc là une sociologie des masses. Hari Seldon en est le concepteur. Prévoyant l'effondrement de l'Empire Galactique, il crée deux Fondations,l'une connue de tous, l'autre cachée qui ont pour but d'œuvrer à la création d'un Second Empire. Quelques imprévus qui font tout l'intérêt du Cycle viendront contrecarrer leur Plan.

Fondation Foudroyée nous relate les aventures de Trevize et Pelorat. Le premier, banni du Conseil de la Première Fondation pour avoir émis l'hypothèse que la Seconde Fondation, sensément détruite, existe toujours, est chargé d'accompagner le second dans une quête un peu loufoque, celle de retrouver la Terre mythique d'où les hommes seraient tous originaires.

Le livre se révèle passionnant, nous emmenant aux quatre coins de la galaxie, au milieu des complots, des luttes de pouvoir, des confrontations entre les différentes factions. Mais surtout à la découverte de Gaïa, cette planète inaccessible, dotée d'une conscience collective, qui semble oeuvrer secrètement dans l'intérêt du Plan Seldon. Mais qui/que sont ses habitants ???

Asimov nous pousse à la réflexion sur toutes sortes de sujets au travers de dialogues amusants, telle que cette discussion entre Trevize et Pelorat sur la singularité de la Terre, seule planète à posséder une telle diversité des espèces et une espèce intelligente qui a colonisé toute planète habitable. Est-ce le hasard ou la Terre a-t-elle quelque chose de spécial ? On notera dans cette discussion l'absence totale d'hypothèse d'origine religieuse.

Il nous envoie aussi à la découverte de thèmes classiques de la SF et du space opera : les voyages intergalactiques avec des vaisseaux hyper-sophistiqués, le contrôle des êtres humains par la pensée, la communication par la pensée, les mœurs et coutumes différant d'une planète à l'autre, la gestion du pouvoir ...

Mon plaisir a vraiment été grand à la lecture de Fondation Foudroyée. Plus grand à mon souvenir qu'à la lecture des trois premiers. Peut-être car il a été écrit 30 ans après la première trilogie ? Il m'a semblé en tout cas beaucoup plus facilement abordable, moins "fouillis" et plus amusant. Cela dit, il est assez souvent considéré, ainsi que Terre et Fondation, comme étant moins réussi.

EXTRAITS :
  • Trevize conserva son sourire imperturbable. Il répondit : "Quel mal y a-t-il à dire que la ville est sauvée ? Et qu'on y est parvenus sans une guerre ? - Il n'y avait personne à combattre", remarqua Compor.
  • "Une seule personne épargnée et tout est perdu ! Voilà bien la preuve du rôle de l'individu, malgré toutes ces légendes autour du plan Seldon pour accréditer l'idée que l'individu n'est rien et que la masse est tout."
  • - Alors, si vous ne parlez pas de la Seconde Fondation, de quoi parlez-vous donc ?"
    Pelorat retrouva soudain un ton grave, presque d'excuse : "Ah ! Le Maire ne vous a donc rien dit ? - C'est curieux, vous savez. J'ai passé des décennies à reprocher au gouvernement son incapacité à saisir l'importance de mes recherches et voilà maintenant que le maire Branno se montre soudain d'une générosité remarquable. - Oui", dit Trevize, sans chercher à cacher son ironie, "c'est une femme qui sait remarquablement bien dissimuler ses dons philanthropiques mais elle ne m'a pas dit de quoi il retournait ...

    - Vous n'êtes donc pas au courant de mes recherches ? - Hélas non. J'en suis désolé.
    - Non, non, inutile de vous excusez : c'est parfaitement compréhensible. On ne peut pas dire qu'elles ont eu un grand retentissement. Alors, permettez-moi de vous l'annoncer moi-même : vous et moi, nous allons partir à la recherche - et à la découverte, j'en suis certain, car j'ai mon idée là-dessus - ... de la Terre."
  • Le visage inexpressif de Pelorat fit ce qu'il put pour prendre un air stupéfait. Il dit, hésitant : "Êtes-vous humaine ?"
POUR ALLER PLUS LOIN :
AILLEURS

CITRIQ

4 commentaires:

  1. Oui, plus littéraire que les trois premiers tomes.

    RépondreSupprimer
  2. C'est amusant qu'il ait été écrit si tard : Asimov nous allèche avec son interlude de mille ans, mais pensait s'en tirer en s'arrêtant au milieu :-)
    J'espère que le cinquiète ira au bout de l'avènement du nouvel empire galactique...

    RépondreSupprimer
  3. Asimov l'a écrit à la demande de son éditeur. Si je me souviens bien il n'avait pas plus envie que ça de se replonger dedans.

    RépondreSupprimer
  4. Hm comme je n'ai lu que le premier ça va devoir attendre...

    RépondreSupprimer