20 févr. 2010

Aldebaran, Leo [AMHA S2E8]



INFOS
Cycle Aldebaran : 1. La catastrophe (1995) 2. La blonde (1995) 3. La photo (1996) 4. Le groupe (1997) 5. La créature (1998)
Edité chez Dargaud
Scénario et dessins de Leo
48 pages par album



Ça faisait un bail que je n'avais plus proposé de chronique BD. Pour cause, déjà j'en lis moins que des romans, et puis je trouve l'exercice pas du tout évident. Je m'y colle à nouveau pour vous présenter une sympathique série de SF.

Le Cycle d'Aldebaran raconte l'histoire d'une colonie humaine installée sur la planète Aldebaran et qui a perdu tout contact avec la terre depuis un siècle. Des évènements étranges et catastrophiques vont pousser les différents protagonistes de l'histoire à tenter de percer le secret de cette planète. Non sans être contrecarrés dans leurs projets par un gouvernement désireux de contrôler la population.

Aldebaran c'est d'abord un monde. La planète est à la fois fort proche et fort différente de la nôtre. Ce qui la distingue c'est surtout la proportion terre/mer (91% d'océans sur Aldebaran, contre 70% sur la Terre) et la faune, en particulier la faune marine, beaucoup plus diversifiée sur la colonie.

Aldebaran c'est aussi une intrigue. Dans cet univers riche et très construit, l'histoire est vraiment prenante et surprenante. Le scénario tient remarquablement la route, les surprises et le suspens ne nous sont pas ménagés, le tout est cohérent (pour la grande étrangeté de ce monde, bien sûr). L'intrigue tourne principalement autour du mystère de la "Mantrisse", que nos héros voudraient résoudre mais ce n'est pas au goût d'un gouvernement un poil totalitaire qui n'hésite pas à utiliser des techniques dignes de Big Brother pour mettre des bâtons dans les roues aux opposants.

Aldebaran c'est encore des personnages. De prime abord, les personnages sont basiques, un peu plats et un poil horripilants (je pense à Kim ici). Ils évolueront vers plus de complexité et de profondeur au fil de l'histoire et se montrent au final très attachants (même le fourbe Pad ! ).

Aldebaran c'est, pour terminer, un style graphique très particulier. Et qui pourra ne pas plaire à tout le monde. Au-delà du manque d'attrait du graphisme des personnages, on se rend compte que le coup de crayon de Leo est doué d'une imagination débordante. Les créatures et les "effets spéciaux" de la Mantrisse sont admirables et méritent amplement que l'on passe au-dessus du reste.

POUR ALLER PLUS LOIN

- Deux autres cycles, faisant suite à celui-ci existent. Il s'agit de Betelgeuse et d'Antarès (dont les deux premiers albums sont publiés). Le site officiel.
- Une interview de Léo datant de 2004, sur auracan.com.
- Le premier tome d'Aldebaran, La catastrophe, est disponible gratuitement sur Iphone et Ipod Touch avec l'application BDTouch.fr.

AILLEURS

CITRIQ

5 commentaires:

  1. Personnellement, j'ai moyennement aimé.

    Cela dit, LEO était invité spécial des utopiales 2009 et nous avons eut le droit de très belles planches originales et autres scultures

    RépondreSupprimer
  2. Merci pour l'info, je savais pas du tout qu'il était aux Utopiales l'an passé, Utopiales auxquelles j'espère vraiment pouvoir aller cette année. Déjà que je peux pas aller aux Imaginales :'(

    RépondreSupprimer
  3. merci pour l(info ipod, je suis curieux de relire cette bd en si petit format

    RépondreSupprimer
  4. Je serais ravie d'avoir ton retour à ce sujet. Le format virtuel pour les BD m'intéresse beaucoup (bien plus que pour les livres).

    RépondreSupprimer
  5. Fan inconditionnelle de Léo, je ne peux que conseiller, dans carrément un autre style, mais qui ravirons les fans : Alim le Tanneur.
    Scénario : Wilfrid LUPANO
    Dessin et couleur : Virginie AUGUSTIN

    Avis aux amateurs de mouchoirs : la fin est triste.
    L'univers est fantastique dans un monde bien ficelé, des couleurs magnifiques, une histoire humaine, pour ne pas dire humaniste et terriblement réaliste bien que cela se passe évidemment dans un univers SF. Une histoire triste, oui, pessimiste, mais où on peut trouver aussi des graines d'espoir, même si la vie le confirme : il n'y a pas de justice.

    RépondreSupprimer