11 mars 2010

La Fantasy, Jacques Baudou [AMHA S2E13]


INFOS
Publié pour la première fois aux Presses Universitaires de France en 2005
128 pages











SOMMAIRE


Introduction
Chap I Aux sources de la fantasy
Chap II La fantasy avant Tolkien
Chap III Tolkien et Peake, deux pères fondateurs
Chap IV La fantasy après Tolkien
Chap V La fantasy en France
Chap VI La fantasy en Allemagne
Chap VII La fantasy pour la jeunesse
Chap VIII La fantasy en images
Chap IX La fantasy et le jeu
Conclusion


La fantasy est un genre riche, souffrant pourtant bien souvent de l'image de littérature de bas-étage qu'on lui donne. Le concept de mauvais genre est un truc qui me passe au-dessus de la tête et que je n'arrive absolument pas à comprendre. Pourquoi un livre dit de littérature blanche aurait-il intrinsèquement plus de valeur qu'un bouquin de fantasy ? Il y a des chef-d'œuvres et des grosses daubes partout. Donc, aux personnes qui souhaiteraient s'intéresser à un genre décrié mais qui porte dans ses murs des petits bijoux, aux personnes déjà passionnées, ce livre est une porte d'entrée, facile d'accès, pour en apprendre davantage.

Évidemment, un Que-Sais-Je c'est court. L'auteur est contraint d'aborder un sujet ma foi fort vaste en un nombre restreint de pages. Cela donne bien souvent lieu à une énumération d'auteurs et d'ouvrages sans beaucoup d'explications. C'est un reproche que l'on peut faire. bien que les auteurs cités soient très appropriés. Cela dit, Baudou se débrouille pas mal du tout pour nous proposer un panorama détaillé de l'histoire de la fantasy, des précurseurs à la fantasy moderne. Si la littérature est le centre principal de son attention, il abordera aussi le cinéma et les jeux (dont les jeux de rôles bien sûr qui sont tout droit sortis de la littérature de fantasy).

L'auteur n'hésitera pas au détour des pages de lancer quelques critiques du genre qu'il considère parfois comme fort stéréotypé et répétitif. Il ne s'empêchera pas non plus de descendre en flèche le célèbrissime Eragon : "Et le commentateur peut éprouver quelque inquiétude à constater que la fantasy pour la jeunesse est aujourd'hui plus libre, plus innovante - plus talentueuse en un mot- que celle pour les adultes dès lors qu'elle n'essaie pas de singer cette dernière, comme le fait l'abominable Eragon, véritable festival de clichés". Fait que j'ai trouvé assez étonnant car il me semblait que le contenu de ce genre de bouquin était plutôt consensuel et peu destiné à lancer des polémiques.

Un Que-Sais-Je écrit par un passionné donc, qui ne craint pas d'y mettre son avis personnel et sa vision de la fantasy. Un livre parfois inégal dans le nombre de pages consacré aux différents sujets mais regorgeant d'informations et d'idées de lectures.

POUR ALLER PLUS LOIN

Une interview de Jacques Baudou, lors du Festival Zone Franche en février 2010
Deux critiques de L'Encyclopédie de la Fantasy : L'étrange bibliothèque de Calenwen, Phénix-Web

AILLEURS

laloula, mesimaginaires,

CITRIQ


6 commentaires:

  1. Le format Que sais-je est un peu court en effet pour le sujet. Son encyclopédie parue chez Fetjaine l'an dernier comble les lacunes de celui-ci.

    RépondreSupprimer
  2. je pense que l'état actuel de la fantasy mérite des critiques virulentes de par tous ses clichés, et ce en toute objectivité

    RépondreSupprimer
  3. La plus grande partie de la Fantasy actuelle ça craint un peu non?

    RépondreSupprimer
  4. L'avantage d'un que sais-je est d'avoir un rapide résumé du sujet traité (bon maintenant on passe sur wiki, mais je préfère les livres tout de même). Je ne suis pas forcément un grand fan de la fantasy contemporaine, j'ai l'impression que beaucoup de thèmes se répètent depuis quelques années mis à part quelques exceptions ou pépites. Enfin ce n'est pas trop ma tasse de thé, c'est peut-être pour cela (comment ne pas me renvoyer dans les dents les thèmes récurrents de la SF ?).

    RépondreSupprimer
  5. @SBM : je l'ai feuilleté et franchement il me botte pas des masses. Me semble qu'il y a plus d'images que de contenu.

    @ les autres : je pense qu'elle est en train de devenir un genre commercial et qui dit genre commercial dit daubes à foison bien en vue sur les étalages des libraires. La SF échappe à ça (pour le moment), ce qui l'empêche pas de sortir des nullités à l'occasion mais bon au moins on les voit pas étalées partout.

    RépondreSupprimer
  6. Tiens, encore une idée de lecture, surtout s'il descend Eragon :-)

    RépondreSupprimer