6 mars 2010

Traité de Vampirologie, Edouard Brasey [AMHA S2E12]


INFOS
Publié par Le Pré Aux Clercs en février 2009
468 pages














SOMMAIRE

- Préface par Édouard Brasey
- Avertissement
- Partie I Présence des vampires dans le monde
- Partie II Physiologie du vampire
- Partie III Psychopathologie du vampire
- Conclusion
- Autres traités fameux
- Les vampires dans la littérature


Qui de mieux qualifié que le très célèbre Van Helsing pour dresser un portrait complet du vampire ? Historique, caractéristiques physiques et psychologiques, méthodes de destruction, tout les aspects du vampirisme sont passés au crible. Des extraits d'autre traités vampirologiques seront aussi proposés, ainsi que quelques nouvelles vampiriques bien connues.

Le Traité de vampirologie est un beau livre. Jolie couverture, papier épais aux bords inégaux donnant une impression "vieux livre". Les illustrations et la mise en page sont fignolées. Son format atypique (très épais, un peu plus haut et plus large qu'un livre de poche) lui donne un certain cachet.

Une petite mise en scène nous est racontée en début d'ouvrage : Édouard Brasey aurait découvert, dans une librairie à Amsterdam, un curieux grimoire écrit en néerlandais et signé Van Helsing - le vrai, celui du Dracula de Stoker. Le Traité de vampirologie tel qu'il nous est proposé est présenté comme la traduction de ce manuscrit publié à compte d'auteur.

Le contenu est très riche. Van Helsing commence par un historique très fouillé, remontant aux origines du mythe vampirique. La (ha oui le premier vampire est une femme !) première vampire serait Lilith qui n'est autre que la première femme d'Adam et qui refusait la domination masculine. Quelle garce quand même ! A moi elle parait plutôt sympathique. Une présentation qui reste tout à fait dans l'esprit du Dracula de Stoker. D'ailleurs, de manière générale le ton est fidèle à celui de Stoker : précautions de langage quand on parle de sexe, manichéisme, style un peu vieillot. Par contre, Van Helsing me semble ici bien porté sur la bonne bière, aspect de son caractère qui m'avait échappé à la lecture de Dracula.

On poursuit le récit de notre cher pourfendeur de vampires par une description des différents types de vampires, à travers le monde. Le vampire étant étroitement lié à la mort, on pourra découvrir les rituels funéraires de différentes contrées.

La troisième partie abordera le vampirisme sous un angle psychopathologique en parlant d'aliénation mentale et de perversion sexuelle.

La lecture des extraits d'autres traités abordant le sujet ne m'a pas plus emballée que ça. En effet, je les ai trouvé très répétitifs : un vampire sème la terreur, on déterre le cadavre incriminé, on lui coupe la tête et on le brûle.

Plus passionnant sont les textes de précurseurs de la littérature vampirique que l'on pourra trouver en toute fin de volume. Je ne sais pas si j'aurais eu l'occasion de les lire par ailleurs (mis à part Baudelaire et Poe à qui j'ai déjà eu affaire), donc leur présence était plus que précieuse. Quelques textes bien connus : Le Vampire, John William Polidori ; La vampire, de Ernst Theodor Amadeus Hoffmann ; Bérénice, de Edgar Allan Poe ; Les Métamorphoses du vampire (Les Fleurs du Mal) de Charles Baudelaire et plusieurs autres.

Une lecture très instructive et plaisante et un joli ouvrage pour sa bibliothèque. Par contre que les amateurs de Twilight et autre bit-lit moderne se le disent : dans le Traité de vampirologie, on ne parle que de la conception classique du vampire, celle du 19ème siècle et d'avant. On n'y trouvera pas de vampires qui brillent à la lumière du jour, vont à l'école et sont torturés par leur condition de suceurs de sang.

POUR ALLER PLUS LOIN

La maison d'édition Le Pré au Clerc
Le blog d'Édouard Brasey


AILLEURS

Vampirisme, De l'autre côté du miroir,

CITRIQ

Lecture C.L.A.P. ! Ce livre a été lu dans le RER. Rien d'extraordinaire jusque là. L'astuce c'est qu'il ne s'y prête pas du tout. Déjà le format du livre n'est pas des plus pratiques. Ensuite la thématique se prête davantage à une lecture dans un fauteuil confortable - de préférence ancien. Pour terminer, il attire beaucoup la curiosité et les regards intrigués des usagers des transports franciliens.

10 commentaires:

  1. Ça c'est un livre intéressant qui doit en plus être beau visuellement et qui pourrait m'apporter plein de matériel pour mon cours sur le fantastique (tu remarqueras comme je commence subtilement ma justification professionnelle d'un achat personnel)(il n'y a pas à dire, je suis douée pour ça!). En tout cas chapeau pour le moment clapesque, pour avoir pratiqué une fois la lecture de "beau livre" en transport en commun, j'en connais la difficulté ^_^.

    RépondreSupprimer
  2. Brasey mon presque amour. Je n'ai pas lu celui là mais c'est un des seul qui manque à ma collection de livres de cet auteur. J'aime beaucoup sa façon de rendre réaliste l'univers féerique, imaginaire. Il a une plume incroyable

    RépondreSupprimer
  3. @ Cachou : la justification professionnelle est excellente. Tu es prof ?


    @ Isleene : c le seul que j'ai lu de mon côté. Tu en aurais l'un ou l'autre en particulier à me conseiller ?

    RépondreSupprimer
  4. Un très beau livre en effet :) Le lire dans les transports en commun doit faire très classe ^^

    RépondreSupprimer
  5. ça a l'air très chouette ! je le note :)

    RépondreSupprimer
  6. J'ai déjà eu plusieurs occasions de le feuilleter et il m'a l'air très intéressant, et surtout très beau! (mais cher aussi, du coup)

    Si je peux me permettre, je te conseille le site d'une grande passionnée de vampires: http://pagespro-orange.fr/morduedevampires/
    C'est très complet et super intéressant!

    RépondreSupprimer
  7. @ Laure : oui mais pas très pratique

    @ Anne Sophie : sage décision

    @ Tortoise : merci je vais aller jeter un oeil

    RépondreSupprimer
  8. Tu n'as pas encore scandalisé des mémés avec ce livre dans les transports ? :D
    Beau livre en tout cas ;). Faut que je lise Bram Stoker, depuis le temps que je l'ai dans ma pàl.

    RépondreSupprimer
  9. @ Brunissende : je ne me suis en tout cas pas encore pris de réflexion ou de coup de parapluie sur la tête :D

    @ Cachou : Un beau métier :p

    @ Tortoise : il coute 19 euros en fait ce bouquin.

    RépondreSupprimer