21 févr. 2011

Utopiales 2010, Collectif [AMHA S3E6]

INFOS
Thématique : Frontières ...
Publié chez ActuSF - Les Trois Souhaits en 2010.
Sous la direction de Jérôme Vincent.
222 pages.











Depuis l'an dernier, Actu SF s'acquitte de la lourde tâche de confectionner l'anthologie officielle des Utopiales, rendez-vous incontournable de tout SFFFiste qui se respecte. Je n'ai pas lu le recueil de l'an passé, donc point de comparaison. Mais ce que je pense de celui-ci tient en 4 mots :  c'est très très bon.

Voyons ça de plus près, car 4 mots restent bien peu et il y a plein de choses à en dire, tout de même.

Les huit nouvelles s'articulent autour de la thématique des frontières, exploitée subtilement et efficacement par les auteurs. Le tout est chapeauté d'une préface de Pierre Bordage qui nous invite à repousser les frontières des genres et des sous-genres pour laisser à l'imaginaire toute la liberté qu'il mérite.

• Miroirs du ciel, Vincent Gessler. Un très beau texte qui parle de choc de culture entre une culture de type occidentale dans le genre envahissante et la culture traditionnelle d'un peuple vivant dans le désert.

- [...] Pourquoi nous attaquez-vous ?
Le chef des Arghaïs se tourne vers lui :
- Vous tuez nos morts.

• La chose, Peter Watts. Une nouvelle déstabilisante qui nous place du point de vue d'une entité extraterrestre libérée des glaces et qui incorpore les êtres vivants dans sa propre biomasse. On aura la très forte impression de regarder un film dans le genre d'Alien ... du point de vue de l'entité. C'est spectaculaire. Très certainement le meilleur texte de l'anthologie.

* Là, je suis Blair. Je m'échappe par l'arrière tandis que le monde entre par l'avant. Là, je suis Copper. Je me lève d'entre les morts.
Là, je suis Childs. Je garde l'entrée principale.
Les noms n'ont pas d'importance. Ce sont des symboles, rien de plus ; toutes les biomasses sont interchangeables. Ce qui importe, c'est qu'ils sont tout ce qu'il subsiste de moi. La monde a brûlé tout le reste.

* Clarke avait été le dernier a essayer de l'arrêter ; MacReady lui a tiré une balle dans la tumeur.
Point vital.

• La fête de la comète, Juan Miguel Aguilera. Les frontières entre réel et imaginaire sont floues dans cette nouvelle d'un auteur espagnol où un étudiant se lancera dans un duel un peu étrange pour l'honneur de son école ... Peut-être ce duel bouleversera-t-il l'Histoire ?

• Reviens, Carol !, Larry Niven. Des étudiants à l'université suivent un cours expérimental de téléportation. Quelles vont être les conséquences de braver ainsi les lois de la physique ?

Mais je continuais à penser au vieux concept, sans doute encore présent dans toutes les religions. Le dieu ou les dieux frappent instantanément quiconque montre assez d'orgueil pour les outrager. Jéhovah empêcha les hommes, par la confusion des langages, d'élever jusqu'au ciel la tour de Babel. Les quatorze enfants de Niobé furent tués en un jour et une nuit quand elle osa se targuer de sa progéniture à la divine Latone, qui n'avait que deux enfants. Vouloir rivaliser avec les dieux est toujours le premier et le plus grand des crimes.

• Le vieux cosmonaute et l'ouvrier du bâtiment rêvent de Mars, Iain McDonald. Texte très poétique qui nous fait part d'un futur où les hommes ont abandonné la recherche spaciale et ce vieux rêve d'aller sur Mars pour la société de consommation et le cyberespace.

* Hé ! C'est votre monde. Vous avez tous votre mot à dire. Si vous ne parlez pas, cette partie de l'histoire ne sera jamais dite. Vos mots construisent l'univers, vos histoires le disent. Écoutez : la réalité quantique, c'est de l'information, pure et simple. Le langage définit ce qui est réel : c'est la même chose pour les IA que pour les humains. Au plus profond des choses, tout est une histoire. Nous sommes tous des récits. Dites-moi. Dites-moi vos histoires. Nous avons un monde à construire, et nous devons le faire bien.

* Regardez des choses. Les constellations de ce cyberspace ne produisent ni lumière, ni émerveillement. Elles ont la forme des logos de Coca et de Nike. Il n'y a pas en elles de scintillement que ton œil puisse refléter. Elles ne t'appellent pas hors de chez toi.

• La ville féminicide, Thomas Day. Thomas Day mêle réalité (les centaines de femmes tuées ou disparues de la ville mexicaine de Juarez) et fiction en y impliquant un dieu aztèque particulièrement sanguinaire. Texte très cru qui se lit d'une traite, avec tension.

• Le chasseur de jaguar, Lucius Shepard. Un  chasseur de jaguar part en quête du jaguar noir, que l'on dit doué de pouvoirs mystérieux pour payer la télé de sa femme. Une histoire d'amour surprenante et exotique où les touches de fantastique s'entrelacent dans un décor décrit de façon très réaliste.

• Les rivages extrêmes de la mer intérieure, Justine Niogret. Un homme sans nom, dans un monde souterrain où s'est réfugié l'humanité, part à la recherche du ciel, qu'il n'a jamais vu. Une nouvelle à l'atmosphère pour le moins étouffante ...

Il ne savait pas. Mais il régla sa virole et quitta la pièce des cristaux. Il avait décidé.Il avait décidé la jour où il avait voulu entendre les histoires des creuseurs. Il trouverait la surface, parce qu'il n'y avait rien d'autre à faire. Parce qu'il fallait qu'il la voie de ses propres yeux.

Le top 4 de mes préférées : La chose, Miroirs du ciel, Ville féminicide (même si je n'aime pas du tout le titre) et Le vieux cosmonaute et l'ouvrier du bâtiment rêvent de Mars (par contre ce titre est d'une poésie absolue).

AILLEURS


CITRIQ

8 commentaires:

  1. Je n'ai lu qu'un tiers de l'antho. (tant de choses à lire et si peu de temps... ;-) ). Est-ce que tu penses que la nouvelle de Watts est une relecture du film de Carpenter, The Thing ? C'est ce à quoi cela m'a fait penser mais comme je l'ai vu il y a très très longtemps...

    A.C.

    RépondreSupprimer
  2. Je n'ai pas vu ce film, malheureusement.

    RépondreSupprimer
  3. Je ne l'ai pas encore lue (ni celle de 2009 d'ailleurs)(même pas honte) ;)

    RépondreSupprimer
  4. Merci pour le lien ! Les nouvelles de Lucius Shepard et de Thomas Day sont vraiment détonnantes.

    RépondreSupprimer
  5. Après Lelf et Guillaume tu enfonces le clou. Je pense que je vais craquer sans remords ;o)

    RépondreSupprimer
  6. @Lhisbei : tu n'as pas honte mais tu passes à côté de quelque chose :p

    @Guillaume : j'ai moins accroché à l'histoire de la nouvelle de Shepard mais alors celle de Thomas Day, je plussoie.

    @El Jc : craque, craque !

    RépondreSupprimer
  7. mmmm, ça donne envie: dispo dans toutes les bonnes boulangeries ?

    RépondreSupprimer
  8. sûrement fort interessant ^^ Juste un ptit mot pour t'inviter sur mon blog, je pense que ça t'intéressera : http://chezlaventurierdesreves.over-blog.com/article-mon-dragon-asiatique-demarche-et-resultat-xd-67051819.html
    (tu savais que ton image du dragon galactique venait de là ?)

    RépondreSupprimer