2 mai 2011

Battlestar Galactica, Ronald D. Moore [AMHA S3E21]



Les humains ont créé les Cylons. Les Cylons se sont rebellés et leur ont fait la guerre. Une sorte de trêve a été signée. Elle a duré 30 ans. Mais les Cylons sont revenus, ils ont évolués ... et ne viennent pas en paix. C'est là que commence Battlestar Galactica. Avec de formidables images d'Apocalypse, de bombes atomiques qui explosent et de villes dévastées comme on les aime sur le Dragon Galactique. Et puis une fuite sans fin dans l'espace intersidéral avec l'humanité survivante, soit environ 45.000 personnes.


Tout de suite, je me suis laissée prendre par l'histoire. Du post-apo ET du space opera dans la même série ? Difficilement possible de me contenter davantage. Du grand spectacle ! De quoi devenir fébrile et enchaîner les épisodes. 

Points forts

• Politique et religion : la politique et la religion font partie des thèmes principaux de la série. Le monde des 12 colonies est régi par des lois démocratiques, on verra qu'il leur sera parfois difficile de perpétuer la démocratie dans leur fuite vers nulle part dans l'espace. La plupart des gens croient en une religion polythéiste basée sur la religion de la Grèce Antique. Les Cylons vont donner un coup de pied à la fourmilière en introduisant le monothéisme. Si le degré de complexité et de réalisme de la politique et la religion dans BSG n'atteint pas celui du Trône de Fer, il demeure très intéressant et assez construit pour s'y laisser prendre.

• Des personnages forts : Les personnages de BSG sont vraiment une des grandes qualités de la série. Loin d'être de parfaits super-héros, ils font des erreurs, parfois même de très très grosses erreurs, mentent, noient leur chagrin dans l'alcool, font preuve à la fois de faiblesses et d'un grand courage. Des êtres humains réalistes. Ils peuvent également s'avérer détestables ; je pense principalement à Gaïus Baltar que j'aurais bien jeté par dessus bord à maintes occasions, ou encore à Nr 8 quand elle Biiiip* sur Biiiip*.

* Son de la machine anti-spoiler ultra-perfectionnée du Dragon Galactique.

• Science-Fiction : La SF dans BSG (ça fait "in" les acronymes) est assez particulière car des éléments science-fictifs côtoient une technologie dépassé au 21ème siècle. Quand même, ils ont inventé la possibilité de téléporter des vaisseaux spatiaux gigantesques, mais ils n'ont pas inventé le téléphone portable et répondent aux appels d'urgence sur des téléphones tout droit sortis des années 60 ?  Il y a d'autres éléments tout à fait intéressants : le déplacement par "saut" déjà mentionné, les vaisseaux, les combats dans l'espace, les Cylons, le clonage, ... A noter que les éléments science-fictifs ne sont qu'un moyen dans la série, pas sa finalité. Ils nous sont assez peu expliqués. Les effets spéciaux sont bien réalisés, un petit plus du côté des vaisseaux qu'ils soient humains ou cylon.

Points faibles


Les longueurs principalement. Elles ne sont pas inintéressantes non plus car en général, ce que j'ai trouvé long, étaient des scènes qui permettaient d'appréhender mieux la psychologie des personnages, leur histoire ou alors l'histoire des 12 colonies. Mais du coup, il arrive que l'intrigue se traine, se perde dans des digressions parfois non nécessaires.

La fin pour le reste et certaines explications que j'ai trouvé tirées par les cheveux. La saison 4 est à cet égard plus faible que les autres car on a parfois l'impression que les scénaristes ne savaient pas où ils allaient en inventant des trucs un peu sortis de nulle part. J'en parle davantage ci-dessous pour ceux qui ont vu la série.



A propos de la fin

Ne lisez pas ce qui suit si vous n'avez pas vu la série. Vous pouvez reprendre votre lecture au petit guide de visionnage.

La fin est très décevante. J'aurais préféré qu'ils n'y aient pas des hommes primitifs sur cette Terre.  Je n'aime pas l'idée qu'ils vont intervenir dans un monde "vierge" avec leur technologie, leurs idées compliquées et leur religion. C'est très utopique, très jouli-jouli cette espèce de retour à la nature mais comme toutes les utopies, ça ne fonctionne pas, comme on le voit au final. Encore heureux qu'il y a ce final d'ailleurs, à nous de voir si on préfère être optimistes ou pas.


Le pire c'est quand même l'explication du "statut" de Kara. Ça m'a vraiment énervée. J'ai l'impression qu'ils n'ont pas voulu en faire une Cylon car c'était trop évident. A mon avis tout le monde a dû penser à un moment donné que Kara pourrait être le premier Cylon (en tout cas, moi, ça m'a traversé l'esprit). Et en fait, haha, retournement de situation, Kara n'est pas le premier Cylon, mais un truc sorti du chapeau dont on n'a JAMAIS entendu parler. Ce n'est pas du tout cohérent avec le reste.



Petit guide utile de visionnage

Battlestar Galactica souffrant quelque peu de dispersion, voici une présentation des différentes séries, sous-séries et autres webépisodes.

• Largement inspirée de la série Galactica diffusée en 1978-1979, Battlestar Galactica en est une sorte de suite-remake-hommage-on-ne-sait-pas-trop. Pas vu, je ne peux donc pas vous dire ce que ça vaut.

• Le pilote de BSG est un téléfilm en 2 parties de 1h30 chacun. Il est possible de voir la série sans les avoir vus mais c'est mieux tout de même.

The Resistance est une série de webépisodes tout à fait dispensables racontant des moments de la vie des résistants sur New Caprica. Le seul intérêt réside dans le fait de voir des scènes qui nous sont expliquées sans nous les montrer dans la saison 3. A regarder après la saison 3 si vous voulez comprendre quelque chose.

Razor raconte l'histoire du Battlestar Pegasus avant sa rencontre avec le Galactica. J'ai trouvé ça un petit peu longuet même s'il permet de donner une dimension plus humaine à l'Amirale Caine. A regarder après la saison 2.

Razor Flashbacks sont des webépisodes racontant la jeunesse du Commandant Adama lors de la première guerre contre les Cylons. A regarder après la saison 4, mieux de découvrir le passé d'Adama via la série principale. Pas hyper passionnant, quelques scènes de bataille sympa avec les fameux vipers. Une partie des scènes peuvent être vues dans la saison 4 me semble-t-il, si pas la totalité.

The Face of the Ennemy est une série de 10 webépisodes diffusés lors de la grève des scénaristes qui a coupé la diffusion de la quatrième saison en deux. Ces mini épisodes racontent comment Gaeta et quelques autres personnes vont se retrouver isolés du reste de la flotte à bord d'un Raptor. Ce n'est pas inintéressant mais tout à fait dispensable pour comprendre la série.


The Plan raconte l'histoire du point de vue des Cylons. C'est un peu longuet (de toute façon on l'aura compris c'est le défaut récurrent de la série) mais je n'ai pas trouvé ça inintéressant. A regarder tout à la fin.

Caprica est une préquelle de la série racontant la vie de la famille Adama sur Caprica avant la première invasion des Cylons.  Je ne l'ai pas vue.

Blood and Chrome également une préquelle qui se déroule lors de la première guerre contre les Cylons. Pas vue non plus.


INFOS
2004-2009
4 saisons.
73 épisodes.
Une interview qui parle de la SF dans BSG [english speaking].
Battlestar Galactica sur Wikipedia.


12 commentaires:

  1. Voilà une série que j'ai littéralement (ah non on ne peut pas trop dire ça) visuellement alors ? A-DO-RE

    Certes, les épisodes ne sont pas tous de la même qualité mais l'ensemble reste sacrément bien ficelé. Gros bémol quand même pour le dernier épisode qui est à oublier et peut être même taxé de nul à c...

    RépondreSupprimer
  2. Ha ben oui tu as résumé en 5 lignes ce que j'ai blablater en 50 XD

    RépondreSupprimer
  3. Moi j'ai autant adoré la série ainsi que son final.
    J'ai bien aimé les délires mystiques finaux et le retour à la nature.
    Et puis la mise en abîme final reliée à All Along The Watchtower est vraiment excellente j'ai trouvé

    RépondreSupprimer
  4. Idem, ai apprécié la fin aussi, après tous ce qui leur est arrivé c'est presque mérité, et ça reste dans le mysticisme de la série ^^ (même si c'est facile/coup de baguette magique)

    Par contre les longueurs encore plus longues apparaissent dés la saisons 3 pour moi...

    Pour la technologie, c'est peut être le côté "Dune" : une technologie de grande taille/massive mais pas avancée au quotidien, de peur des machines justement (idem pour leurs armes à feu ou objets de toilette) (bon à côté de ça, ils ont des ordinateurs de bord...)

    RépondreSupprimer
  5. Vu le parti pris mystique (souvent gonflant) de la série la fin ne nous a pas dérangé plus que cela, c'était dans la droite ligne de la saison 1.

    Pour la technologie, ils ont visiblement mélangés le refus de l'informatique avec un étrange rejet de la miniaturisation, étrange...

    Cela dit la série nous a bien captivés, mon épouse et moi même.

    RépondreSupprimer
  6. Tu me donnerais presque envie de m'y mettre... mais bon je me suis endormie devant le pilote, ça donne pas envie de retenter xD
    (et puis j'ai encore 40 ans de Doctor Who à rattraper ^^)

    RépondreSupprimer
  7. comme vous le savez j'ai vu le téléfilm-pilote et j'ai pas accroché, mais c'est plus mes gouts que la qualité de la série qui sont en cause ^^

    Par contre je peux pas m'empêcher de me dire que ça ferait un super article pour YmaginèreS ! En plus on manque d'articles pour la partie série TV. Est ce que tu accepterais de publier cet article dans le zine T.lilly ?

    RépondreSupprimer
  8. Moi j'ai vraiment eu du mal à accrocher à cette série, et pourtant je suis quand même allé jusqu'au bout (c'est qu'ils ont le talent pour appâter le chaland). Les cliffhangers à gogo, les questions balancées dans tous les sens pour faire gonfler l'intrigue et (surtout) le blabla mystique m'ont donné la désagréable impression que les réalisateurs traînaient un peu le truc en longueur et pompaient la licence au maximum. J'en garde quelques bons souvenirs quand même, notamment la grande gueule du personnage de Starbuck qui était quand même bien sympathique. :)

    RépondreSupprimer
  9. @Elessar connaissait pas la chanson avant alors ça m'a pas tilté.

    @BaronBreton : je trouve qu'il y en a dès la première saison en fait. La série a un problème de rythme je trouve.

    @Efelle : c'est marrant le côté mystique ne m'a absolument pas dérangé. Pourtant je suis pas fan. Y a juste le truc avec Kara qui m'a énervée passablement car je trouvais ça exagéré.

    @Calenwen : faut retenter à l'occasion.

    @lael : ben écoute lael, ce qui me gène c'est de ne pas avoir vu le support. Je n'ai pas trop envie de filer un article en aveugle. Faudrait en discuter.

    @Maëlig : Starbuck c'est un des plus chouettes perso je trouve.

    RépondreSupprimer
  10. pas de souci ;) que dirais tu d'en parler sur le tchat facebook ? ou sur msn si tu préfères mais j'y suis rarement (pour msn je prends rdv XD)

    RépondreSupprimer
  11. J'ai également dévoré les saisons de cette série cet hivers. On ne regardait que ça chaque soir...
    Histoire et personnages captivants. Les thèmes abordés l'ont déjà été dans de multiples ouvrages, mais il est rare de tous les retrouver dans une même oeuvre (qu'elle soit audiovisuelle ou littéraire).

    RépondreSupprimer
  12. lael> plutôt msn, j'ai le tchat facebook en horreur. J'y serai demain après-midi.

    Doris> les thèmes sont variées en effet et ça rend la série d'autant plus intéressante.

    RépondreSupprimer