9 déc. 2011

La princesse noire, Serge Brussolo [AMHA S3E53]


J'avais reçu ce livre pour l'opération Impulse II organisée par Lhisbei. Ça date d'il y a plus d'un an et demi, ce qui ne rajeunit pas ma pile à lire... La pauvre en plus de pendre du poids, elle prend des rides.

Inga est la fille d'un bijoutier qui fût viking. Elle se fait enlever par ceux-ci et revendre comme esclave à une femme excentrique, Dame Urd la princesse noire, vivant dans un château en bord de mer, avec une flopée de gamins infirmes, aveugles, abandonnés dans la forêt par leurs parents. Une atmosphère de mystères et de secrets pèse sur le château. Inga cherche à connaître la vérité.


Une histoire de viking classée en roman policier, cela a de quoi interpeler. Interpelant mais pas inapproprié car Inga, en détective de l'étrange, mènera une sorte d'enquête pour comprendre ce qui se passe.  Elle a beau être esclave et ne pas avoir d'autre choix que de faire ce qu'on lui dit de faire, elle n'en est pas passive pour autant. Tout au long du récit, elle sera confrontée à des histoires plus ou moins fantastiques sur ce qui se passe dans ce château avec la princesse noire et la bête qui arpenterait les souterrains et les alentours de l'île. Jusqu'au dernier moment, on ne saura pas de quoi il retourne. Les enfants infirmes, la châtelaine et les villageois mènent si bien la jeune fille en bateau avec leurs diverses - et contradictoires - versions des faits, que le lecteur n'en mène pas large non plus.

Rajoutons à cela une atmosphère très sombre, limite de film d'horreur, renforcée par l'introduction qui raconte l'arrivée du Ragnarök, la fin du monde des Vikings. Jusqu'au comportement des personnages, qui sont brutaux, dénués  de vivacité d'esprit et uniquement animés par leurs propres intérêts, ainsi que le château inhospitalier à souhait et la forêt brumeuse dans laquelle les villageois viennent déposer les bébés difformes pour qu'ils se fassent dévorer par les loups. Inga, jeune fille de bonne famille, tombe là-dedans comme un cheveu dans la soupe et pas un instant de répit ne lui est accordé : il y a toujours quelque chose de glauque qui se produit, une histoire de monstre tueur d'enfants abracadabrante qui lui est racontée.

L'atmosphère et la thématique de La princesse noire en font une lecture idéale pour une soirée d'Halloween, à dévorer d'une traite, sous la couette.  Ce petit roman me donne envie de découvrir d'autres œuvres de Serge Brussolo, auteur prolifique s'il en est.

POUR ALLER PLUS LOIN
Publié pour la première fois en 2004 aux éditions de la Librairie Générale Française.
285 pages

AILLEURS

CITRIQ

2 commentaires: