2 déc. 2011

Rendez-vous au cinéma (4)

Le palmarès Interblog 2011 se précise avec l'avant-dernier mois de l'année. Je n'ai vu aucun des 3 films qui se trouvent sur le podium actuellement. Zut. J'espère que The Artist va prendre une petite place, comme ça, j'aurai un de mes chouchous de ces 6 mois de retour au cinéma dedans. Toujours pas de Polisse dans le top 30.

Hâte d'être à l'année prochaine pour avoir l'occasion de suivre le palmarès de bout en bout, sur une année complète.


Les films - Cinéma


Polisse. 5/5. Grosse claque. Je me rends compte que ce film n'est pas parfait mais d'un point de vue émotionnel, il a été très fort pour moi. Bon sang, cette scène avec le gamin qui hurle parce que sa mère est obligée de l'abandonner, ça m'a pris aux tripes. Et pourtant c'était loin d'être la plus dure des histoires du film.

Real Steel. 3.5/5. Le blockbuster américain par excellence. Une histoire de robots qui font de la boxe. Bon ça a l'air nul comme ça mais en fait c'était plutôt sympa. Tiens, y a une potiche dedans, comme c'est étrange.

Contagion. 3.5/5. Le déroulement d'une épidémie mondiale vue sous un jour plutôt réaliste. L'approche est intéressant, le film est très sympa à regarder. Manque la possibilité de s'attacher aux personnages. Si l'aspect réaliste donne une touche originale au film, il faut quand même noter qu'il est bourré de gros clichés des films catastrophes. Ce qui donne une impression de déjà vu.

La source des femmes. 4/5. Excellente découverte que ce film qui raconte le quotidien de femmes dans un village maghrébin, quand elles décident de faire la "grève de l'amour" parce que leurs maris ne veulent pas les aider à ramener l'eau au village. J'ai trouvé la fin assez cynique, bien que réaliste : au final, tout reste pareil et le changement culturel et religieux se fait sur le long cours, pas du jour au lendemain.

La couleur des sentiments. 4/5. Un film sur la condition des noirs dans les années 60, en particuliers les femmes qui servent de domestiques dans les maisons des blanches. Une histoire prenant, des personnages attachants, un thème historique, pas si ancien, qui provoque son lot d'indignation et d'incompréhension. Que demander de plus ?

Notez que j'ai vu les deux derniers films à cause (oui je dénonce) d'Elysio, qui a visiblement le chic de me donner envie de voir des films que je ne serais pas allée voir autrement.

Les films - Pas cinéma

La comtesse. 3.5/5. Chouette film basé sur l'histoire de la comtesse Elisabeth Bathory. La légende raconte que cette femme aurait tué 600 jeunes filles vierges dans le but de préserver sa jeunesse. Un chouette film à regarder un week-end d'Halloween.

Be bad !. 2.5/5. Moui quoi. Pas trouvé ça passionnant ni très crédible. L'histoire d'un ado qui s'invente un double méchant pour la fille dont il est amoureux. Le truc que j'ai trouvé le plus sympa dans le films, ce sont les petits séquences type cinéma d'animation.

Le discours d'un roi. 3.5/5. Très beau film sur l'ascension difficile de "Bertie" George VI sur le trône d'Angleterre. Très émouvant, le discours de la fin m'a arraché quelques larmichettes.

Vénus Noire. 2.5/5. Le sujet m'intéressait : il s'agit de l'histoire assez sordide de Saartjie, femme Hottentote que l'on montrait comme un monstre dans les foires et les salons. Malheureusement, le film est assez difficile à regarder : il est TRÈS long et très répétitif et certaines images sont carrément insoutenables.

4 commentaires:

  1. Précisons que Real Steel (que je n'ai pas vu) est basé sur une nouvelle de Richard Matheson.
    Ça peut servir pour un certain challenge... ;)

    RépondreSupprimer
  2. Ai vu La Vénus noire, je l'ai trouvé assez bon personnellement ; après, c'est clair qu'il est dur...

    RépondreSupprimer
  3. @Lorkhan : très juste, merci pour cette précision.

    @Feanor : cinématographiquement parlant, il est certainement bon; je n'ai juste pas accroché.

    RépondreSupprimer
  4. Assez d'accord avec toi à propos des films que j'ai vus aussi. :) J'ai versé une larme d'effarement pendant la scène de Polisse que tu cites, même si je ne sais pas vraiment qui m'a bouleversée le plus entre la mère et le petit garçon.

    RépondreSupprimer