16 sept. 2012

Cytheriae, Charlotte Bousquet [AMHA S4E40]


Ce deuxième opus de L'Archipel des Numinées nous emmène à Cribella, la capitale de la Principauté de Cytheriae. La splendeur de la ville n'est plus : l'ambiance de la ville se fait glauque, comme moisie (cette impression est très bien rendue par l'illustration de couverture). C'est dans cette atmosphère de déliquescence que des suicides étranges se produisent dans le quartier de Metida. Mais est-ce que ce sont réellement des suicides ? 

Ce qu’il y a sous les eaux n’a rien à voir avec les saloperies habituelles. J’en ai entendu un parler de pieuvre énorme, avec des tentacules blanchâtres.
L'intrigue de Cytheriae semble simple en lisant ces quelques lignes. Ne vous y trompez pas : des intrigues parallèles voient le jour, le roman est très (trop ?) touffu de par ses personnages, la politique, les aspects ésotériques et symboliques... tout cela s’entremêle dans une toile encore plus complexe que celle d'Arachnae. Je ne sais exactement si c'est pour cette raison que je ne suis jamais vraiment arrivée à rentrer dans l'histoire. Certes en me remémorant les différents pans du roman après l'avoir refermé, je parviens à remettre de l'ordre dans les fils. Mais j'ai eu l'impression de subir ma lecture passivement sans arriver à mettre de l'ordre dans tout ça. Ce qui m'a complètement bloquée pour me plonger à 100% dans les méandres de Cribella.
... Deux cratères abyssaux dont s'échappent, rampantes et grouillantes, des larves translucides. Une béance décharnée, dévorée par ces monceaux de ronces couleur de sang. Tout autour, des corps putrescents, entassés les uns sur les autres. Ça et là, des chairs blêmes, qui s'accrochent, se tissent, recouvrent l'immense charnier, le métamorphosent, abjecte chrysalide, en visage plus vieux que le monde et plus jeune que le petit à naître, en matrice masculine engendrant de monstrueux rejetons. Les gouffres sont des yeux, les épines, la bouche, la langue et les crocs ; les larves, créatures humanoïdes, pieuvres difformes, bêtes indéterminées sont ses larmes, les gouttes de venin que recrachent ses lèvres acérées, son essence ; et dans sa gueule, tombent, par dizaines, des lambeaux d'âmes écorchées ...
C'est bien dommage car je sens la richesse du contenu, la beauté de la langue, tout le travail que l'auteure a dû faire pour avoir un récit cohérent et un univers aussi construit. J'ai l'impression de passer à côté de quelque chose.

Je terminerai cependant sur une note positive. J'ai beaucoup aimé l'importance donnée à l'écrit dans ce récit. Le personnage principal, Nola, est scribe ; les chapitres sont ponctués de poèmes, d'extraits de journaux intimes ou de revues de presse ; presse qui a aussi son importance, avec la Gazette de Métida. Vraiment très chouette et j'ai trouvé que le métier d'écrivain public de Nola était une bonne idée et en totale cohérence avec la place centrale accordée à l'écrit dans ce roman.

Khaï Bahil ! Khaï Bahil ! Khaï Bahil !
Philo vasta cyonis, metusha amynesis
In vocato sentias, Khaï Bahil ! 
Reçois cette âme torturée, Seigneur !
Rongée par les chimères de la peur,
Morte de terreur elle s’offre à toi. 
Khaï Bahil ! Khaï Bahil ! Khaï Bahil !
Philo vasta cyonis, metusha amynesis
In vocato sentias, Khaï Bahil !

POUR ALLER PLUS LOIN

L'archipel des Numinées Tome 2
Publié chez Mnémos en 2010.
Illustration de couverture par Elvire De Cock
299 pages
Prix Elbakin 2010 ; Prix des Imaginales 2011 (roman français et illustration)


AILLEURS


GromovarLhisbei, Tortoise, shaya


CITRIQ

5 commentaires:

  1. Devine quoi ? J'attends une sortie en poche pour me faire un avis personnel !^^

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Rhoo c'est fou tout de même ces gens qui demandent la sortie poche de cette trilogie. Si seulement ça pouvait donner des idées à Mnémos :D

      Supprimer
    2. Oui hein ? Faut croire qu'il y a une vraie demande massive du public !^^

      Supprimer
  2. Moins accroché aussi à ce tome si. Trop de points de vue en trop peu de pages sans doute.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui en effet, je crois que tu as mis le doigt dessus.

      Supprimer