26 sept. 2012

Nausicaä de la Vallée du Vent, Hayao Miyasaki [AMHA S4E42]


Et voilà, je me relance dans la découverte des mangas avec cette série mythique qu'est Nausicaä de la Vallée du Vent.

La planète Terre, dans le futur. La civilisation telle qu'on la connait a été décimée par de grandes guerres et la terre envahie par une forêt toxique et des insectes géants. Des sociétés humaines survivent dans des vallées et des cités protégées qui n'ont pas (encore) été gagnées par la forêt toxique. Il y a une certaine forme de retour à la nature (civilisations agricoles) mais certaines technologies ont été préservées tels que les avions qui définissent la puissance militaire de chaque royaume. Nausicaä est la princesse très aimée de la Vallée du Vent. Elle est très spéciale car elle semble pouvoir communiquer avec les insectes géants, en particulier les ômus, énormes créatures au corps couverts d'yeux.

Un ômu.
Cliquez pour agrandir.

Ce premier volume est très dense, il y a beaucoup d'informations. Le début de l'histoire est très animé avec des scènes d'action et la rencontre de personnages ou de créatures importantes pour la suite des évènements. Je suis assez contente au final d'avoir vu le film d'animation avant de commencer la version papier, car je ne suis pas sûre que j'aurais tout suivi. L'inconvénient reste que du coup je trouve que le manga manque de couleurs. Elles sont en effet importantes (rien que les yeux rouges des ômus lorsqu'ils sont en colère) et d'avoir eu l'occasion de voir l'histoire en couleur, cela me manque à la lecture.

Un brig infesté de larves.
Cliquez pour agrandir.

Cela dit, le dessin est très précis et très riche. Il y a des séquences très impressionnantes au niveau du dessin. Je craignais un peu que le dessin ne me plaise pas, suite à ce qu'on a pu me raconter à droite ou à gauche, mais ces craintes se sont complètement effacées dès les premières pages.

Quant au récit, il nous entraînera dans de folles équipées aériennes, tout en nous donnant quelques informations sur ce qui a mené l'humanité à sa perte et sur la véritable origine et le rôle de la forêt toxique. Tout le milieu du récit est occupé par des combats aériens, ce qui je dois avouer ne me passionne pas des masses. Par contre j'ai beaucoup aimé le début et la fin.

POUR ALLER PLUS LOIN

Publié pour la première fois en 1982.
2000 pour la publication française ; 2009 pour la présente édition.
Traduit par Yann Leguin.
130 pages

AILLEURS



 

7 commentaires:

  1. Le film aide à suivre, par contre après on se rend compte que c'est tout mélangé par rapport au film et on s'y retrouve plus. Je garde un sentiment de grande confusion de la lecture de l'ensemble moi xD

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Depuis j'ai lu le tome 2 et je ne peux que plussoyer. Je vais devoir le relire au moins une fois avant de le chroniquer.

      Supprimer
  2. Il était temps que tu te mettes à Nausicäa... :p

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Comme je dis toujours : mieux vaut en retard que jamais.

      Supprimer
    2. Vieux motard que jamais. :D

      Supprimer
  3. J'adore Nausicaa. C'est très humain comme histoire. On a de l'empathie pour toutes les créatures. Un peu comme Princesse Mononoke, il n'y a pas de grands méchants à descendre. On comprend les intentions de tout le monde. Et pourtant, l'histoire ne m'a jamais paru naïve.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je suis tout à fait d'accord avec ton point de vue. Je me suis d'ailleurs étonné de me prendre de sympathie pour ces insectes plein de pattes et de filaments. Dans la réalité je me serais enfuie en courant depuis longtemps.

      Supprimer