20 nov. 2012

Bifrost 68 [AMHA S4E50]


Le dernier numéro de Bifrost est consacré à un auteur majeur de la science-fiction : Ian McDonald. Outre une longue nouvelle, lui seront aussi consacrés : une interview (longue elle aussi), un guide de lecture et une bibliographie complète. 


Pluies sombres est la nouvelle qui ouvre la revue. Écrite par Thierry Di Rollo, elle est aussi sombre que son titre l'indique. Dans un futur complètement déshumanisé où l'on salue les personnes par un "La vie ne vaut rien" (sympa n'est-ce pas ...), un type de 60 ans tente d'échapper au funeste destin de la régulation démographique des personnes âgées en se vendant à une ferme de clonage. Pour un avenir meilleur ? 

Je connaissais peu Ian McDonald avant de me pencher sur  ce numéro. Je n'avais lu qu'une nouvelle, celle proposée dans l'anthologie des Utopiales 2010 : Le vieux cosmonaute et l'ouvrier du bâtiment rêvent de Mars. Dont je ne me souviens plus trop mais y associe une lecture agréable.

Si je dois tirer une conclusion après lecture du dossier, c'est que je ne pense pas lire un livre de cet auteur avant un moment. En effet, j'ai l'impression de manquer cruellement de connaissances, culturelles et/ou science-fictives, pour appréhender ses univers. Ainsi, Ian McDonald aime à délocaliser la science-fiction en la plaçant dans des endroits pour le moins inattendus  par exemple en Inde ou au Brésil. Et d'y insérer de façon pointue la culture et l'histoire du pays en question. Et moi d'avoir peur de n'y rien comprendre. De ne pas savoir ce qui est fiction et ce qui est réalité. C'est exactement ce qui m'est arrivé en lisant la nouvelle présentée dans le Bifrost, La petite déesse. J'ai bien aimé l'histoire assez tragique de cette enfant qui devient le centre de l'attention d'un peuple pour ensuite tomber dans le plus total mépris. Mais j'ai l'impression d'être passée à côté de quelque chose, d'êtres restée à la surface des choses.

Le mieux, je pense, est encore de découvrir petit à petit cet auteur au travers de nouvelles dans des anthologies ou dans le Bifrost, avant d'oser m'attaquer, un jour, à l’œuvre romanesque du Monsieur.

La rubrique scientifiction de Roland Lehoucq est consacrée au boson de Higgs. Je n'ai tellement rien compris que j'ai laissé tomber l'article avant d'arriver au bout. Le fait assez rare pour que je le mentionne : même si je ne comprends pas toujours tout, je tire toujours quelque chose de cette rubrique. Mais cette fois, ne me demandez surtout  pas ce qu'est le boson de Higgs, je n'en sais rien.

Notons également que l'éditorial est rédigé exceptionnellement par Claude Ecken et rend un bel hommage à Roland C. Wagner, décédé en août dernier.

Le prochain numéro proposera un dossier Culture Rock et science-fiction. Voilà de quoi intriguer...

POUR ALLER PLUS LOIN

Publié en octobre 2012 aux éditions Le Bélial'
184 pages.
Couverture de Philippe Gady

AILLEURS


CITRIQ

12 commentaires:

  1. J'ai le droit de dire que tu devrais vraiment lire du McDonald ?
    Certes, ça demande un certain effort de la part du lecteur, mais récompensé au centuple ! En tout cas, c'est comme ça que je l'ai vécu. "Le fleuve des dieux" est un sacré chef d'oeuvre !

    Ceci dit, la nouvelle présentée dans ce Bifrost est assez représentative du style de l'auteur, c'est une première approche assez bien choisie, donc c'est vrai que si tu n'accroches pas... Disons que tu passes à côté de quelque chose ! ;)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ce n'est pas un "je ne lirai jamais McDonald" ni que je n'ai pas aimé la nouvelle. C'est plutôt une impression que je n'en suis pas encore à le lire. Je crois que je dois lire d'autres trucs avant et me préparer psychologiquement. J'ai pas de souci avec les lectures qui demandent un effort, au contraire, mais j'aime bien que l'effort soit récompensé.

      Supprimer
  2. Perso je n'avais pas trop accroché à sa nouvelle dans le receuil des Utos, et j'ai jamais osé sauté le pas pour lire un de ses bouquins mais du coup ton avis confirme un peu ce que je craignais. Après bon c'est vrai que certains bouquins sont pas faciles mais valent le coup, il faudrait quand que j'essaye à l'occaz.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Après j'ai lu que 2 nouvelles de lui, donc mon avis est plus que lacunaire. Faut aller lire le billet de Lorhkan sur le même Bifrost, tu auras une déclaration d'amour pour le même prix :D

      Supprimer
  3. Je suis assez d'accord avec toi pour McDonald (et j'ai lu "Desolation Road" avec difficulté). Pas sûr que ce soit ce que j'aime, ce qui en soit n'est quand même pas si grave ;)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Non on ne peut pas tout aimer de toute façon ^^

      Supprimer
  4. C'est vrai que le boson de Higgs tu ne vas pas le rencontrer au coin de la rue.
    De toute façon, j'aime pas trop la physique quantique. Je préfère la cuisine moléculaire. :p

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bon bah, si je ne risque pas de tomber dessus, c'est pas grave :D

      Supprimer
  5. T'as aussi la cuisine quantique, le plat est à la fois congelé et cramé ^^

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je sais pas pourquoi je suis pas très convaincue, ça a fait ses preuves cette méthode ? :D

      Supprimer
  6. J'ai lu deux de ses romans qui sont chroniqués sur mon blog. Que du bonheur à chaque fois!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tant mieux tant mieux :p Moi je verrai plus tard hein pour le lire en format roman.

      Supprimer