7 nov. 2012

Le prophète et le vizir, Yves et Ada Rémy [AMHA S4E49]


Le prophète et le vizir sont deux contes orientaux : L'ensemenceur et Les huit enfants  du vizir Fares Ibn Meïmoun.

Dans le premier conte, on fait la connaissance d'un pêcheur d'huîtres devenu visionnaire. Il voit le futur lointain, tellement lointain qu'il voit en fait notre époque à nous. Bien évidemment cela induit un décalage assez amusant quand il tente de décrire ce qu'il voit.
Sous un dôme qui recouvrait une dune d'un sable immaculé et aussi blanc que la nacre à l'intérieur des coquilles d'huîtres, des hommes sur des planches attachées à leur pieds glissaient le long de la pente à la vitesse d'un poney au galop. L'ensemenceur
Le second est dans la directe continuité du premier et raconte comment un vizir essaie à tout prix d'éviter que la prophétie émise par notre pêcheur d'huîtres se réalise, à savoir la mort -violente -de ses 8 enfants.
Mais chacun des mots lancés par Kemal étaient comme des graines qui ne demandaient qu'à germer et à pousser dans le terreau gras,  fécond et généreux des légendes en gestation ou de l'histoire, la petite, puisque la grande jugea bon  de faire l'ignorante.

Fares résolut donc d'arracher ses enfants au sort qui leur était prétendument promis. Les huit enfants  du vizir Fares Ibn Meïmoun
Ce petit livre est un bijou d'astuce et d'humour. Le voyage de Kemal et l'histoire des 8 enfants du vizir sont un prétexte pour nous faire réfléchir sur le concept même de prophétie. Nous suivons les tourments de Kemal qui ne parvient pas toujours à savoir s'il doit ou non annoncer quelque malheur futur, garder tout ça pour lui ou donner des conseils pour éviter que le dit malheur n'arrive.
Il ne savait pas ce qu'il allait advenir de cet exode intempestif mais il sentait que cette population déplacée était porteuse d'un ferment de violence, de discorde et de tragédie et il comprit quel message il devait léguer aux habitants de Beryte. Dans le plus grand embarras, il se contenta de leur dire : "Cultivez les lois de l'hospitalité !" L'ensemenceur
Il sera aussi question de ce qu'il faut faire de la prophétie une fois qu'elle a été émise : est-elle vraie ? est-elle évitable ? Le fait de la considérer comme vraie ne peut-il pas mener les hommes à tout faire pour qu'elle se réalise ? Ou qu'elle ne se réalise pas ? Voilà un sujet passionnant que je vais oser rapprocher du concept psychologique de "la prophétie autoréalisatrice" que j'avais étudié en long en large et en travers au lycée et à l’université (et en particulier l'effet désastreux que cela peut avoir sur les gamins à l'école).

Les chutes de chacune des deux nouvelles sont vraiment très futées et ne pourront que générer encore plus de questionnement de la part du lecteur. Je les ai en tout cas trouvé très fûtées et cela tient pour bonne part dans mon plaisir de lecture.
Ainsi parla Kemal avec autorité et sans plus argumenter il se retira dignement tandis que l'auditoire se demandait si les fous pouvaient prophétiser ou si, d'habitude, les prophètes étaient sujet à la folie.  L'ensemenceur
Rajoutons à cela que le style est très sympathique. Je n'y connais rien en contes arabes, mais le ton m'a semblé juste par rapport à l'histoire et son origine supposée. Il y a aussi beaucoup d'humour et même un brin de poésie. Le texte est brillamment supporté par une illustration de couverture dont on comprendra le lien avec l'histoire en lisant le premier conte.

A lire pour le plus grand plaisir de l'intellect, mais sans prise de tête aucune.

POUR ALLER PLUS LOIN

Publié en 2012 chez Dystopia
155 pages
Conception de la couverture par Corinne Billon et Laure Afchain.

AILLEURS

8 commentaires:

  1. Je l'ai lu il y a peu, je dois le chroniquer, mais je suis d'accord avec tout ce que tu dis, c'est une lecture chaudement recommandée !

    RépondreSupprimer
  2. Un très bon moment, j'ai beaucoup aimé.

    RépondreSupprimer
  3. J'ai envie de le lire celui ci !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. tant mieux tant mieux, les auteurs, la maison d'édition et le bouquin gagnent à être connus.

      Supprimer
  4. Mmmmhhhh, intéressant comme ouvrage. A l'occasion. Mais difficile de trouver cela en librairie chez nous, ou sur commande sinon.

    RépondreSupprimer
  5. Il me semble avoir déjà avoir été intriguée par cette belle couverture, sans pour autant avoir sauté le pas...
    Ta chronique et le fait que ça soit publié chez Dystopia ne me font plus hésiter, la prochaine fois que je le trouve, je le chope! :D

    RépondreSupprimer