16 janv. 2013

Le dernier chant d'Orphée, Robert Silverberg [AMHA S5E2]


Robert Silverberg retrace ici l'histoire d'Orphée, héros de la mythologie grecque bien connu : de l'acquisition de son don pour la musique et de sa lyre à son aventure avec les Argonautes pour aller chercher la Toison d'Or, en passant par la perte d'Eurydice.
J'ai compris qu'il était de mon devoir de faire connaître au nôtre [monde] les harmonies célestes à travers mon jeu et mon chant et de transmettre grâce à la musique tout ce qui fait la raison, la beauté et l'unité d'Apollon, participant ainsi à la construction harmonique. Il m'apparu clairement que, pour accomplir un tel dessein, je devrais à la fois parcourir le monde, affronter de grandes souffrances, fournir des efforts incessants et payer de ma vie, encore et encore, si je voulais aider à pérenniser la structure miraculeuse édifiée par les dieux.
Ce petit roman est très bien écrit, cela ne fait pas de doute, c'est presque poétique parfois, explorant le thème du destin. Cependant, je n'ai absolument pas compris son intérêt.  Je ne trouve pas spécialement que ce livre apporte quelque chose de plus à l'histoire originelle. C'est plaisant à lire mais sans plus.

Je m'attendais à quelque chose de plus percutant, original, ou alors plus dans la mouvance de L'homme dans le labyrinthe qui est une transposition de la tragédie de Sophocle, Philoctète, dans le futur.

Bref, ce petit livre ne m'a pas touchée plus que ça. Une lecture pas désagréable dont je ne tire pas grand chose.

Le livre est complété par une préface de Pierre-Paul Durastanti, qui explique la passion de Silverberg pour la mythologie et par une longue interview menée par Eric Holstein qui retrace le parcours de l'écrivain.


POUR ALLER PLUS LOIN

Publié en 2008.
2012 pour la traduction française chez ActuSF.
Traduit par Jacquelien Callier et Florence Dolisi.
Titre original : The Last Song of Orpheus
Illustration de Zariel
178 pages

AILLEURS

10 commentaires:

  1. Bon, à lire à l'occasion (ou en occasion ? ;) ) alors...

    RépondreSupprimer
  2. Je suis assez d'accord avec toi. A la lecture il m'a bien plu, lu rapidement, mais il est tout aussi vite passé aux oubliettes dans mon esprit :/

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui ben tout à fait, c'est bon que je l'ai chroniqué et que je connaissais déjà l'histoire d'Orphée sinon j'en aurais déjà tout oublié je crois.

      Supprimer
  3. Je vais en rester à la version Gaimanienne d'Orphée alors ^^
    (c'est un peu pareil pour son Gilgamesh, mais il a l'intérêt de faire connaitre un mythe pas très connu et pourtant fondateur, donc c'est plus intéressant du coup)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Gaiman a fait sa version du mythe d'Orphée ? Où ça ?

      Supprimer
    2. C'est dans Sandman (j'allais dire "évidemment" parce que pour moi c'est pratiquement la "vraie" version, mais en fait non xD)

      Supprimer
    3. Sandman, surlequel je devrai me pencher un jour :p

      Supprimer
  4. Pour ma part, j'ai beaucoup aimé, tant le style, que le ton, et l'histoire racontée. Je dois encore le chroniqué sous peu...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai bien aimé, mais sans plus disons. Je m'attendais à davantage.

      Supprimer