14 févr. 2013

Enig Marcheur, Russel Hoban [AMHA S5E9]


Les éditions Monsieur Toussaint Louverture nous offrent, avec Enig Marcheur, un objet-livre de toute beauté. Affublé de trois jaquettes (une rouge avec les chiens, une noire avec le cerf et le cercle qui entoure le tout et la troisième en plastique transparent pour protéger le tout), Enig Marcheur est un livre que l'on ose à peine manipuler. De peur de les abîmer dans mes pérégrinations urbaines, j'ai retiré les jaquettes pendant ma lecture.


Le contenu est tout aussi intrigant puisque ce livre n'a pas été écrit en anglais classique mais en riddleyspeak (Anterre), une langue anglaise postapocalyptique dans laquelle l'orthographe, la grammaire et le sens des mots de la langue de Shakespeare ont été fortement mis à mal. Il aura fallu 32 ans (la publication anglo-saxonne date de 1980) pour qu'un éditeur trouve un traducteur assez fou pour traduire Enig Marcheur en parlénigm.

Cela donne ça :
Enig y a rien pour toi qui est pas les gendes. Le vent dans la nuyt la poussyèr sur la route meumla moindr pyèr que tu frappes du pied devant toi. Même les zombres de la moindr de ces pyèr qui roule ou pas tout est les gendes.
Comment en est-on arrivé là ? Il y a de nombreuses années (je dirais une centaine mais sans trop savoir pourquoi) un "Grand Boum" s'est produit (comprendre : une guerre nucléaire) et les êtres humains qui ont survécu sont retournés à un état de (non)civilisation assez proche de l'âge du fer (d'ailleurs le fer est très important pour eux, ils le récupèrent sur du matériel pré-apocalypse). L'écriture a presque disparu mais pas tout à fait, ce qui permet à Enig de raconter son histoire. 
Parsq ceux qui sont partis dans les stations zorbitales ils ont just paix ri là bas au lieu d'ici. Main tenant nous vlà à chanter ce chant pour brûler nos morts. Personne venu nous chercher pour nous sortir de là. Seule façon d'en sortir c'est la gonie.
Et ces gens de tenter de mettre des mots sur ce qui s'est passé lors du "Grand Boum". Outre la survie, leur quotidien tourne autour de la "les gendes d'Eusa" avec l'histoire d' "Adom le Ptitome", qu'ils se transmettent de générations en générations, de clans en clans au moyen d'un théâtre ambulant orchestré par le proto-gouvernement qui régit (enfin c'est une façon de parler) ce petit bout de l'"Anterre".
Lâchevèque sest runi avec les genss d'Eusa ils ont touss enlvé leurs zabi et se sont tremêl ensemble tounus tort taillé comme un ni de serpents ils nomme ça cinq posyum.
Comme vous pouvez le concevoir, ce livre n'est pas facile à lire. En fait pour arriver à mettre des mots à nous sur cette langue, il faut le lire à voix haute dans sa tête. Cela ne vous donnera toutefois pas toutes les clés pour comprendre le contenu. Personnellement, j'ai eu l'impression d'être confrontée à la misère intellectuelle pendant 280 pages : leur univers, leur intellect est totalement étriqué et tourné dans une sorte de monomanie insupportable vers cette légende d'Eusa qui explique comment le Grand Boum est arrivé (c'est d'autant plus triste qu'en cours de lecture on apprend d'où vient réellement cette légende).  A chaque page je me disais, "mais comment peuvent-ils être aussi naïfs ?", "comment peuvent-ils avoir oublié l'avant apocalypse à ce point ?". J'avais l'impression d'avoir affaire à des enfants qui essaient de jouer aux adultes, ne comprenant le plus souvent pas le sens des termes qu'ils utilisent.
Il dit de N° de l'art quantiel et du feu quantic il dit des N° croassants et les N° des croassants en plus on diré qu'il dit quelq chose à propos du Grand Boum.
Non seulement c'est effrayant, mais en plus c'est difficile à suivre. Je ne vous ferai donc pas l'affront de parler davantage de l'histoire car le fait que je n'en ai pas compris l'intérêt me laisse à penser que je n'en ai pas compris le fond. Ou alors peut-être qu'il n'y a rien d'autre derrière, je ne sais pas, juste une toute toute petite lueur "des spoirs". Mais dans tous les cas, le passé est perdu à tout jamais.
Pluie encor l'en demain matin. Ya pluies et pluies. Celleci tombé de manyèr à te racher le queur et les spoirs
J'ai écrit cette chronique une semaine après avoir terminé le livre et je n'arrive toujours pas à me décider si j'ai apprécié cette histoire ou pas. Ma lecture, non pas trop, sauf le début pour la curiosité et l'attrait de l'originalité de la langue mais elle a été trop laborieuse pour que je puisse dire que j'ai passé un agréable moment, et ce n'était de toute façon sans doute pas le but de l'auteur. Mais l'histoire c'est une autre paire de manches. Il est clair qu'elle ne m'a pas laissé indifférente mais le seul truc que j'arrive à garder en tête c'est cette désertification intellectuelle. C'est un peu comme l'histoire de Charlie dans Des fleurs pour Algernon sauf que c'est avec toute une civilisation que cela se passe...  Et c'est triste à mourir. 

A noter que le livre est complété par une préface de Will Self, une postface de l'auteur  et un glossaire. Tous trois me semblent indispensables pour compléter la lecture.

POUR ALLER PLUS LOIN

Publié en 1980.
2012 pour la traduction en parlénigm aux éditions Monsieur Toussaint Louverture.
Traduit du riddleyspeak (Anterre) par Nicolas Richard.
Titre original : Riddley Walker
Illustrations de couverture et de jaquettes par Marie Michel et Monsieur Toussaint Louverture.
304 pages.

AILLEURS


CITRIQ

28 commentaires:

  1. J'ai aimé l'effort, moins le résultat.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le résultat me laisse dubitative également, mais cela dit ce qu'il me reste de la lecture vaut la peine de l'avoir lu.

      Supprimer
  2. Trop trop prise de tête à lire pour moi.

    Lire à voix haute dans sa tête. Pas simple :p

    RépondreSupprimer
  3. Ah oui effectivement, j'ai dû lire à voix haute tes citations xD
    N'empêche ça m'intrigue, pas dit que je ne tente pas la lecture un jour...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ça vaut quand même la peine. Puis rien que pour l'objet le livre mérite d'être acheté.

      Supprimer
  4. Les citations me filent de l'urticaire, décidément, je n'irais pas l'essayer. J'ai vraiment du mal à saisir l’intérêt d'un tel exercice de style.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est super intéressant au contraire, ce jeu sur la langue : de se demander comment parleraient et penseraient (parce que le mode de pensée est résolument différent du nôtre et ça tient du génie de la part de l'auteur d'arriver à faire un truc cohérent) des personnes ayant perdu ce qui fait notre civilisation. Après c'est dur à lire, certes mais c'était pas une raison pour ne pas le faire.

      Supprimer
  5. C'est dommage, les éditions Monsieur Toussaint Louverture font des trucs funs, mais ce bouquin-ci ne m'attire pas du tout. Le coup de la langue déformée (on a le même dans un ouvrage de Self) m'est insupportable, en fait :/

    RépondreSupprimer
  6. Ha oui. Space. Chapeau au traducteur (traduire d'une langue qui n'existe pas encore en une **autre** langue qui n'existe pas encore, c'est pas commun...). :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ta fibre de traductrice doit en effet se poser beaucoup de question. Le traducteur a dû en chier, c'est certain ...

      Supprimer
    2. TATATATA! Hier, j'ai reçu Translittérature, le magazine de l'Association des traducteurs littéraires de France. Ce numéro s'ouvre justement par une interview de Nicolas Richard, le traducteur parlénigm de Enig marcheur! :) Comme quoi nous n'avons pas été les seules à penser à son travail. Il a même reçu un prix pour cette traduction. Si ça t'intéresse de lire ce qu'il en dit, je peux t'en envoyer une photocopie.

      Supprimer
    3. C'est bien ! J'ai été assez déçue qu'il n'obtienne pas le grand prix de l'imaginaire de la traduction. Avoir l'article m'intéresse beaucoup. Je te contacte par Facebook.

      Supprimer
  7. La chose m'avait déjà rebutée chez Will Self (d'autant plus qu'elle était d'une artificialité terrifiante - l'auteur utilise un langage SMS pour retranscrire une langue... uniquement parlée)(quel intérêt, si ce n'est le côté gadget?) et je ne suis toujours pas attirée par ce livre-ci.
    Par contre, si je peux me permettre, Patrick Ness utilise la chose de manière utile et évolutive dans sa (très bonne) trilogie jeunesse, "Le chaos en marche" (le premier tome est "La voix du couteau").

    RépondreSupprimer
  8. Ça m'intrigue, mais je me connais, j'ai bien peur de ne pas supporter le style sur la longueur...
    Dommage, c'est un très bel objet !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Difficile de savoir à l'avance ce que ça va donner, c'est sûr ... Je pourrais pas te dire. J'ai eu du mal mais j'ai tenu jusqu'au bout et ça a tendance à devenir plus facile à la longue : on s'habitue à tout.

      Supprimer
  9. Un paragraphe ça va, tout un bouquin...
    Tu confirmes mes préventions.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne peux rien dire de plus que ce que j'ai déjà dit à Lorhkan ^^

      Supprimer
  10. je comprends mieux pourquoi tu as eu du mal à écrire la chronique en effet... ^^
    Je passe mon tour pour celui là, mais je suis sure que j'ai d'autres trucs à piocher dans tes lectures! :p

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Voilà :D

      Bon je crois que j'en aurai convaincu beaucoup de se détourner de ce livre et pourtant je ne regrette absolument pas ma lecture. Ça me laisse un certain sentiment de frustration.

      Supprimer
    2. Sauf critique vraiment catastrophique de la part de plusieurs personnes (et encore!), j'aime pas me détourner d'un bouquin en particulier : j'aime trop me faire mon propre avis pour ça! Et je pense que c'est le cas pour pas mal de monde, qui sait peut être que finalement ça en intriguera ! :)

      Un jour peut être que je m'y attarderais mais pas maintenant... :p

      Supprimer
    3. Oui, je comprends, je suis assez comme ça aussi. Après en effet, une chronique ça peut sérieusement faire reculer le livre dans la liste à lire ...

      Supprimer
  11. La difficulté de lecture me fait peur, par contre cette même originalité m'intrigue et m'attire. Tiraillé entre deux points de vue donc. Mais trop fatigué pour le moment, ce serait difficile à lire donc.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui il faut être en de bonnes conditions pour lire ce livre.

      Supprimer
    2. N'y connaissant strictement rien en SF mais travaillant dans une médiathèque je viens de découvrir ce site et j'essaie de trouver quelques titres pour un public amateur (quoique très peu nombreux) mais également pour ma propre culture. Enig Marcheur m'attire, idée originale, vos commentaires mêmes les plus négatifs, surtout d'ailleurs...m'incitent à découvrir ce livre. Quand à la "désertification intellectuelle" de cette civilisation, je pense qu'il faut y voir là, les dégâts de cette société qui fabriquent des êtres avides d'images, d'écrans, de télés réalités, de facilités, se contentant de peu, maléables, adeptes du "prêt à penser"...bref, je compte bien le lire...et revenir vers vous !
      Louisa

      Supprimer
    3. Merci de votre visite, j'apprécie toujours de voir que des personnes de différents horizons et non issus de la blogosphère puisse découvrir mon blog.

      Enig marcheur est une lecture très exigeante, ce n'est pas un livre à mettre dans toutes les mains, au risque de détourner certaines personnes du genre.

      Je suis heureuse que vous vous intéressiez à ce livre car je regrettais justement que ma chronique fasse fuir tout le monde, alors que le livre vaut la peine qu'on s'y accroche.

      Pour la désertification intellectuelle, personnellement je n'y ai pas vu de rapport avec la désertification intellectuelle actuelle. Il n'y a plus de télé depuis bien longtemps dans Enig marcheur. Elle me semble liée au fait que la bombe a détruit toute la Connaissance, ne laissant que des lambeaux que l'on retrouve dans la légende qui les guide. Cela dit le parallèle est intéressant à faire : la téléréalité n'est peut être qu'une bombe atomique numérique.

      Supprimer