28 mars 2013

Black-Out, Connie Willis [AMHA S5E2o]


En 2060, le métier d'historien a bien changé : plus questions de lire des vieux bouquins poussiéreux dans d'immenses bibliothèques. Le boulot se passe sur le terrain ! En effet, nonobstant quelques restrictions, les historiens se rendent sur place, dans le passé, pour observer le passé en situation réelle. On leur crée un personnage, leur donne des papiers, de l'argent, des indications pour se trouver un travail une fois sur place, une date de départ et de retour et hop c'est parti. C'est ainsi que nous allons suivre, pendant plus de 600 pages, les recherches de plusieurs historiens du futur en plein blitz londonien.

Les aspects historiques du roman sont précis, passionnants, documentés certainement. On s'y croirait ! J'ai appris plein de choses ou remis en place dans mon cerveau certaines informations que je connaissais mais que je voyais tout à fait différemment ou que je n'avais pas vraiment conscientisées auparavant. Entre les enfants londoniens évacués dans les campagnes, les bombardements nocturnes de Londres ou encore le rembarquement des troupes lors de la débâcle de Dunkerque.  Le roman est de ce fait très prenant et les pages se tournent toutes seules.

J'ai cependant un certain nombre de reproches à faire à ce livre, qui s'ils n'ont pas entaché mon envie de tourner les pages et de connaître la suite, me font me demander comment ce livre a pu recevoir 3 prix et non des moindres.

Tout d'abord, bien que cela soit un personnage que l'on ne verra pas (les protagonistes passent leur temps à lui courir derrière), j'ai trouvé la personnalité de Dunworthy, l'historien chef qui décide de qui part quand et où, quelque peu paradoxale. On nous présente le personnage comme étant très prudent : les historiens doivent prendre leur précautions quant au lieu où ils vont résider dans le passé, ils ne doivent pas s'approcher d'endroits qui vont être bombardés, même s'ils connaissent par avance les dates de ces bombardements. Logique, en soi : il n'a pas envie de se retrouver avec des cadavres sur les bras. Par contre à côté de ça, au début de l'histoire, il chamboule tous les programmes de tout le monde, ce qui fait que nos historiens se retrouvent à devoir changer l'ordre de leurs voyages, à être mal préparés du coup car ils ont peu de temps pour engranger de nombreuses informations. Rajoutons à cela que les différents départements qui permettent aux historiens de se préparer sont des foutoirs intégrals : ils n'ont pas suffisamment d'habits d'époque, c'est la croix et la bannière pour apprendre à conduire une voiture des années 40, etc. Bref, tout ceci va complètement à l'encontre de la prudence la plus élémentaire. Bref, j'espère qu'il va y avoir une explication du comportement de Dunworthy dans la seconde partie parce que là ça me parait juste incohérent. Cela donne l'impression que c'est juste un prétexte pour lancer le roman (oui parce que vous vous douterez qu'à cause de tout ces chamboulements de programme, les 4 historiens envoyés en Angleterre en 1940 vont se retrouver confrontés à quelques problèmes ...)

Également, j'ai eu, pendant quasi tout le livre, l'impression d'être coincée dans un cauchemar de poursuite interminable. Vous savez ces rêves ou vous essayez désespérément de faire quelque chose, d'aller quelque part ou de trouver quelqu'un et vous n'y arrivez jamais ? Black-Out c'est ça. Pendant quasi 700 pages.  On a l'impression que les personnages sont englués dans un magma qui les empêche d'agir comme ils le veulent, qu'ils ont continuellement dans bâtons dans les roues. Ça fait partie de l'histoire mais tout de même c'était vachement exagéré. Un moment j'ai même failli laisser tomber le bouquin. L'envie de connaître la suite a pris le dessus et l'effet "rêve de poursuite" s'est légèrement estompé.

J'ai aussi trouvé que les dialogues étaient trop longs, trop nombreux et souvent inutiles. J'aurais bien voulu vous proposer un extrait pour vous montrer, mais comme le principe est que ces dialogues s'étalent sur la longueur, ça aurait été trop long a vous montrer ici. Souvent les dialogues amplifient l'effet de "rêve de poursuite", les rendant encore plus stériles. Vraiment spécial comme procédé, j'ai eu du mal à m'y faire. 

Si vous lisez ce livre, je vous conseille vivement d'attendre la sortie de la seconde partie. En effet Black-Out est le premier tome d'un dyptique qui n'est en fait qu'un livre très long et très épais coupé en deux :  Black-Out se termine abruptement, au milieu de nulle part, en pleine intrigue. C'est extrêmement frustrant. Personnellement, ça m'a énervé au possible, ce d'autant que je lisais le roman en format numérique et que du coup je ne voyais pas où j'en étais (il faut faire une action pour voir le pourcentage d'avancée et le réflexe n'est pas forcément là quand on est plongé en pleine action, alors que sur un livre papier, on voit immédiatement quand on arrive à la fin grâce à l'épaisseur du livre), et puis pouf je me suis retrouvée à la dernière page. Ha ben c'est fini, merci au revoir.

Malgré tout cela, cette lecture m'a quand même bien plu.  A ranger dans la catégorie divertissement intelligent : c'est du page turner, y a pas à dire, pas un bouquin que l'on lit pour ses longues descriptions, son scénario fouillé ou pour se poser des questions existentielles. Mais au-delà de ça, on est plongé au coeur d'une période de l'histoire tout à fait passionnante, le lecteur suit les évènements avec des gens on ne peut plus normaux, pas de grands héros de guerre ou de grands généraux, dans leur quotidien, et ça c'est vraiment intéressant.

POUR ALLER PLUS LOIN

Publié pour la première fois en 2010.
2012 pour la traduction française chez Bragelonne.
Traduit de l'anglais (US)  par Joëlle Wintrebert.
Titre original : Blackout
Photographie de couverture par Shutterstock
672 pages
Prix Nebula 2010, Prix Hugo 2011, Prix Locus 2011.

AILLEURS


16 commentaires:

  1. Ouais, tout le monde a des réserves. Je zappe.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, je ne suis pas convaincue que ça te plairait.

      Supprimer
  2. Je vais écouter ton avis : attendre d'avoir le second volume dans la liseuse pour enquiller la lecture des deux...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Sage décision, moi j'étais restée comme une conne sur la dernière page en me disant nan mais c'est pas possible on ne peut pas me faire ce coup-là. Après j'appréhende un peu le prix du second en numérique ... Je vais ptètre devoir attendre qu'il diminue.

      Supprimer
  3. Je vais zapper aussi. Trop de réserves qui me dérangent, je pense que ce roman ne me conviendrait pas...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Compréhensible. Surtout que c'est pas un bouquin de 250 pages.

      Supprimer
  4. Vraiment une déception pour moi, je le déconseille.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pour ma part, je n'irais pas jusque là, car j'ai bien aimé l'histoire en soi (j'attends de voir ce que nous réserve le 2, qui j'espère aura un scénario un peu plus poussé). Mais il y a des défauts incontestables.

      Supprimer
  5. "... me font me demander comment ce livre a pu recevoir 3 prix et non des moindres."
    Les prix, cela devient du copinage voire du commercial.

    Encore un livre éliminé de ma wishlist virtuelle. :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ben j'espère que non tout de même. Je ne sais pas contre qui il était en lice, peut être qu'il n'y a rien de mieux qui est sorti, je sais pas (bon j'ai des doutes tout de même).

      Supprimer
    2. J'en ai plein la PAL des bons romans... ;)

      Supprimer
  6. Je le lirais quand même (j'ai l'habitude des défauts de Connie Willis), mais ça me conforte dans ma décision d'attendre que la 2e partie soit sortie ^^

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui dans tous les cas attends la seconde partie.

      Supprimer
  7. J'avais déjà pas accroché à Sans parler du chien, donc je sais d'ors et déjà que Black Out n'est pas pour moi. J'étais quand même curieuse de lire ta chronique, pour voir si c'était moi qui était passée complètement à côté de l'auteur ou pas! ^^

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pas lu Sans parler du chien. Ça me plait suffisamment pour que j'ai envie de continuer mais il y a quelques gros défauts tout de même.

      Supprimer
  8. Huhu, je pense que j'aurai tiqué moi aussi sur ce principe de précaution peu respecté.
    Ne pouvoir citer des dialogues à cause de leur longueur, c'est déjà un très bon indice... de ladite longueur justement.
    Héhé, Yume m'avait mis la pression pour découvrir ce livre, ma libraire aussi ; j'ai tenu bon, c'était les deux d'un coup ou rien.
    Je pense que du coup, le fait de signaler que c'est un peu comme un cauchemar sur 700 pages me permettra sans aucun doute de mieux l'appréhender lors de ma lecture.

    RépondreSupprimer