19 mars 2013

Khan, cheval des steppes, Federica de Cesco [AMHA S5E17]


Anga est une jeune fille mongole. Lors d'une sortie hivernale dans la steppe elle sauve un poulain sauvage d'une meute de loups. Le poulain se laisse apprivoiser et ils deviennent amis. Le cheval, d'un blanc immaculé et de ce fait d'une grande valeur, fait malheureusement des envieux ...


Khan, cheval des steppes est l'exemple typique du livre destiné aux enfants qui ne convient pas vraiment aux adultes. Ecriture trop lisse, personnages trop lisses, scénario couru d'avance. Le livre en lui même se lit rapidement : l'écriture étant tellement simple, qu'il n'y a aucun problème à lire en diagonale. Le seul point qui relève un peu le tout, c'est le vocabulaire, qui me semble assez soutenu tout en étant totalement adapté pour les jeunes lecteurs.
Devant elle, absolument immobile, un cheval ! Sa robe était d'un blanc laiteux avec des reflets légèrement bleutés, d'une brillance et d'une clarté si étranges, comme si l'animal avait été engendré par les rayons de la lune. Il avait une longue crinière aussi soyeuse que la chevelure d'une femme, une queue touffue descendant jusqu'à terre. Ses yeux brillaient telles de perles noires. Attentif, tête redressée, il observait la jeune fille, mi-méfiant mi-surpris, mais en aucune manière intimidé ou apeuré.
Par contre, le livre est quand même assez triste : il y a des choses assez dures qui s'y passent et si personnellement elles ne m'ont pas vraiment touchées étant donné que je ne suis pas vraiment rentrée dans le livre, ce ne sera pas forcément le cas pour un enfant. Le livre est indiqué pour les enfants à partir de 11 ans. Au niveau de l'écriture, j'aurais tendance à dire qu'il est clairement à la portée de plus jeune (après faut voir le niveau de lecture) mais pas forcément sur le contenu. Je n'y connais pas grand chose mais j'ai l'impression que ce bouquin j'aurais pu le lire entre 9 et 11 ans, qu'après je me serais un peu ennuyée.

Du côté de la découverte de la Mongolie du 12ème siècle, cela reste ma foi assez superficiel et je me méfie des informations données. Le livre étant plein d'anthropomorphisme pour ce qui concerne le comportement du cheval, je me demande s'il n'est pas également plein d'occidentocentrisme (je ne sais pas si ça se dit) pour ce qui est de la culture mongole.

Je dois avouer être un brin déçue, je m'attendais à mieux de la part d'un livre présent dans la bibliographie proposée par l'agence de voyage avec laquelle je pars faire mon voyage en Mongolie. Je suis plutôt ouverte à la littérature jeunesse pourtant, mais ce livre ne sort absolument pas des clichés habituels de ce type de littérature. Le seul élément original est que l'action se passe dans un pays dont on entend peu parler. Ce livre fera certainement rêver des petites filles, mais pas moi. Il me faudra me tourner vers de la littérature de voyage adulte pour trouver mon content.

POUR ALLER PLUS LOIN

Publié pour la première fois en 1996
En 2000 chez Castor Poche Flammarion pour la traduction française.
Traduit de l'allemand (Suisse) par Anne Georges.
Titre original : Das Mondpferd
171 pages.

AILLEURS

CITRIQ


                                     La photo a été prise par DIGITALAIN.
Sous licence Creative Communs.

9 commentaires:

  1. Ah oui si en plus il est recommandé dans une bibliographie, c'est nul xD

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui. Enfin il y a des voyages plus familiaux pour la Mongolie, peut être que la bibliographie est commune et que donc ils destinent ça aux gamins des familles qui font ce voyage.

      Supprimer
  2. Effectivement, je pense que tu trouveras plus ton bonheur dans une littérature de voyage ! Tout en peux pas être bon, j'espère que la suite sera de plus haut niveau ! :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ce que je lis sur la Mongolie va en bonifiant, depuis que j'ai lu ce livre (fini début février tout de même).

      Supprimer
  3. Je l'avais lu lorsque j'étais petite, mais je n'en ai aucun souvenir. Il se trouve toujours dans ma bibliothèque, mais vu ce que tu en dis, j'ai pas forcément envie de le relire :D

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Non, ça n'a pas trop d'intérêt. Après ça se lit en une heure, c'est pas très long.

      Supprimer
  4. Occidentocentrisme: lol.
    Est-ce que ce n'est pas aussi le triste constat qu'on a déjà fait sur les histoires de chevaux qui sont toujours un peu bêbêtes et convenues?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Of course ! Le constat est valable pour ce bouquin. Par contre j'ai une chronique d'un autre bouquin cheval/Mongolie qui ne tombe pas du tout dans ce travers-là. Bientôt bientôt ...

      Supprimer
    2. Cool! Je lirai ta chronique avec intérêt!!

      Supprimer