9 nov. 2013

Gravity, Alfonso Cuaron [AMHA S5E54]


Gravity ou comment un film dont le scénario tient sur un ticket de métro parisien peut -encore vous emporter. Parce que bon, il faut bien l'avouer, depuis cet été les blockbuster et moi sommes fâchés. Méchamment. Un instant j'ai même cru que c'était pour la vie.

Donc voilà. Enfin vu. Et en 3D. Et j'en eu, littéralement, le souffle coupé. Gravity est plus qu'un film, c'est une expérience immersive : images vertigineuses, 3D brillamment exploitée (particulièrement lors des scènes d'accidents et celles où on voit des objets du quotidien flotter dans la station spatiale), un jeu sur le son finement exploité, jusque dans les silences, ultras rares au cinéma et de fait tellement présents lorsqu'il y en a.

Comme quoi on peut faire film qui marche, qui suscite l'adhésion et l'enthousiasme, un film unique qui, malgré le classicisme de son scénario, ne donne pas l'impression d'aller voir le même film pour la douzième fois cette année.



Je note aussi avec une jubilation non contenue que le personnage principal est une femme. OMG ! Un film à grand spectacle avec un personnage féminin avec un vrai rôle qui crève l'écran. Et moi qui déteste cordialement Sandra Bullock et ses rôles hystériques depuis Speed, je suis prête à réviser mon jugement sur cette actrice. Je n'ai pu que penser à Sigourney Weaver dans Alien et Jodie Foster dans Contact, ou encore Le Silence des Agneaux, pour ne pas parler que d'aventures spatiales. Des vrais nanas, pas des potiches en talons aiguille. Ohé ! Les gens à Hollywood, vous voyez bien qu'on peut faire un film qui fait un carton, qui rapporte plein de fric, avec une femme dans le premier rôle, une femme qui ne sert pas de faire-valoir à un type à la mâchoire carrée et au torse épilé qui porte le poids du sauvetage du monde entier (rien que ça !) sur ses épaules bodybuildées. Prenez-en de la graine et offrez-nous davantage de diversité. 




Pour rester sur les acteurs, c'est facile, il n'y en a que deux ; si vous vous demandiez ce que George Clooney faisait là, perdu à des centaines de kilomètres au-dessus de nos têtes, rassurez-vous, il y fait ce qu'il fait de mieux, c'est-à-dire ... du George Clooney.

En conclusion, je rejoindrai les nombreux avis déjà sortis : allez le voir, en 3D si vous pouvez. Profitez des images, du son et de l'excellent boulot du réalisateur et de l'actrice qui vous permettra de vivre le film de l'intérieur, comme si vous y étiez ; une séance intense dont vous sortirez le souffle court après avoir retenu votre respiration pendant une heure et demi.

POUR ALLER PLUS LOIN

La fiche du film sur Allociné
Une analyse intéressante sur la symbolique de la renaissance dans le film.



18 commentaires:

  1. Je suis assez d'accord avec toi, même si, niveau féminisme, quelques petites choses m'ont chagrinée. Mais je ne vais pas cracher dans la soupe, c'est déjà très bien qu'on ait droit à un personnage principal féminin !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Clairement ! Ce qui me fait d'autant plus plaisir c'est que le film m'arche super bien.

      Supprimer
  2. Alors, tu l'as vu en 3D finalement ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est écrit dans le deuxième paragraphe *sifflote* :D

      Supprimer
  3. Rolala je ne lis que de bonnes critiques sur ce film!
    J'avais déjà furieusement envie de le voir (avant sa sortie), je vais essayer d'y aller plus vite. Oui jusqu'à présent je n'ai pas eu le temps d'y aller :(

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il est parti pour rester longtemps au cinoche je pense.

      Supprimer
  4. Réponses
    1. Ça se passe de commentaire (ce qui me permet d'en faire un quand même).

      Supprimer
  5. Oui mais il faut dire que cet été a été particulièrement horrible, question blockbusters! ^_^

    RépondreSupprimer
  6. J'ai aimé... Mais par rapport au perso féminin... Je trouve qu'on aurait pu se passer du (ou des, je ne sais plus) plan(s) fesses... Damnation! :D Bon sinon il a manqué un petit quelque chose pour moi, une fin plus originale peut-être, moins de bons sentiments, enfin je ne sais pas. Autant j'ai pleuré à la fin Des fils de l'homme, autant je n'ai pas ressenti des masses d'émotion ici. Mais bon ça reste un film à voir (probablement historique).

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai trouvé ce film tellement résolument asexué que je ne me suis pas rendue compte de cette histoire de fesses.

      Supprimer
  7. +1 aussi (mais je dois être une incurable féministe parce que le fait que ce soit Sandra la vedette m'a paru tout à fait normal ;) ; par contre je me suis demandé à quoi servait le personnages de G Clooney ^^)
    Et oui les blockbusters c'est toujours le même film avec des variations (même pas subtiles) et ça commence à bien faire ^^

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. A faire la scène du cordon ombilical dans l'espace :p
      Depuis que je ne vais plus tous les voir, je me porte mieux ^^

      Supprimer
  8. Je suis vraiment heureux que ce film emporte une telle adhésion, cela va peut-être aider la NASA à obtenir plus de crédits, qui sait...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ca je ne sais pas , mais cela a dû tuer quelques vocations XD

      Supprimer
  9. bon, je continue ma tournée de commentaires pour Gravity (si vous avez tous l'impression que je me répète, c'est normal ^^) : j'ai bien aimé, même si les personnages m'ont quelque peu laissées de marbres (certaines scènes tombant quelques peu à l'eau du coup), la 3D sympathique mais je m'attendais à plus, le traitement de l'apesanteur est juste dinguos par contre...
    Bref, contente de l'avoir vu au ciné, mais je ne sais pas si ça rendra aussi bien sur une simple TV du coup !

    RépondreSupprimer