23 janv. 2014

Kraken, China Miéville (2013) [AMHA S6E4]



Quand j'ai commencé Kraken, je me suis dit que ça allait dépoter... Un jour, le kraken conservé au Museum des Histoires Naturelles de Londres disparaît. Très mystérieusement puisque la bestiole, conservée dans un aquarium plein de formol et plutôt encombrante passe difficilement inaperçue. Billy, conservateur spécialisé dans les céphalopodes et qui a eu l'insigne honneur d'embaumer la créature, ni plus que les enquêteurs envoyés sur place n'y comprennent quelque chose à cette affaire. Il s'avère que mini-cthulhu attire beaucoup de convoitises, entre autre d'une secte vouant un culte au kraken et un méchant que l'on appelle "Le Tatoué". 

Bref, ça s'annonçait super bien : une enquête paranormale avec des références lovecraftiennes. Miam ! En vrai, on se perd complètement dans l'imbroglio foutraque que construit l'auteur, avec une sorte de Londres parallèle, à la Neil Gaiman mais en plus compliqué. Ça m'a donné l'impression d'être la version adulte de son roman jeunesse Lombres. Sauf que Lombres fonctionne, Kraken ne fonctionne pas. L'intrigue au final n'est pas bien passionnante, est bourrée de scènes d'actions dans lesquelles je n'ai trouvé aucun intérêt. 

Ma suspension de crédulité n'a pas suivi Miéville dans les méandres de ce Londres loufoque ; on sent pourtant que l'auteur l'aime, cette ville, c'est donc bien dommage. Dans ce côté-là, j'ai été bien plus agréablement surprise par sa nouvelle Compte-rendu de certains événements survenus à Londres, publiée dans le 53ème Bifrost.

J'ai été déçue d'autant plus que je m'attendais vraiment à prendre mon pied. Autant je m'étais laissée porter dans la foisonnante Nouvelle-Crobuzon avec Perdido Street Station, autant là je suis restée sur le quai. Ceci ne m'empêchera de lire les autres bouquins de l'auteur, qui, il faut le dire, a un style que j'aime beaucoup et une imagination débordante.


Informations éditoriales

La fiche du livre sur Noosfere.
Prix Locus 2011.

Du même auteur sur le blog

Bifrost 53 - China Miéville.
Lombres
Perdido Street Station

Chez les blogopotes

Book en stock, Efelle,

CITRIQ

27 commentaires:

  1. Ca part trop dans tous les sens, du coup on décroche.

    RépondreSupprimer
  2. C'est le bordel hein ! J'ai arrêté à la moitié :/

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Clairement XD C'est China Miéville, donc j'ai fini, mais j'aurais pu laissé tomber, j'aurais dû peut-être.

      Supprimer
  3. J'avais compris que tu n'avais pas accrocher au vu du message que tu m'avais laisser il y a quelques temps et, ma foi, je te comprends parfaitement : il ne me reste plus que 100 pages environ pour le finir et franchement, c'est ma première grosse déception avec Miéville, non pas que ce soit mauvais mais en effet, ça part dans tous les sens et surtout dans le n'importe quoi et trop, c'est trop.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Voilà, livre finis hier soir, critique publiée et mon impression n'a pas changée, quoi que, la fin est pas mal, je le reconnais...

      Supprimer
    2. Je ne me souviens même plus de la fin XD

      Supprimer
  4. j'ai eu le même sentiment que toi à la lecture de Kraken.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. En effet. Je vais rajouter le lien vers ton billet sur le mien.

      Supprimer
    2. Je suis bête, il y est déjà. J'ai écrit le billet en novembre, ça m'apprendra XD

      Supprimer
  5. Bon, ce n'est donc pas avec Kraken que j'oserai renouer avec Miéville...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tente plutôt Lombres alors :p

      Supprimer
    2. Déjà fait. =P
      (Bien mais sans plus, overdose de jeux de mots. Bon, d'accord, il y a des poubanzaï, mais ça ne suffit pas pour autant de pages.)

      Supprimer
    3. Lol les poubanzaïs j'avais oublié xd

      Supprimer
  6. Bon, je zappe.
    De toute façon, j'ai ses trois romans dans l'univers de Bas-Lag à lire (Perdido Street Station, Les Scarifiées, Le Concile de Fer), j'ai de quoi faire...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Perdido Street Station est vraiment. C'est aussi un peu foisonnant, mais ça passe très bien.

      Supprimer
  7. Bon si je dois lire un autre Miéville je resterais à distance de celui-là :D

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Honnêtement, j'aime beaucoup l'auteur, mais en effet je ne le conseille vraiment pas.

      Supprimer
  8. Bon ben, je tenterais pas alors ma chance, déjà que je suis toujours perdue entre le tome 1 et 2 de Perdido Street Station !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ha mince , ça passe pas Perdido Street Station ?

      Supprimer
  9. bien, j'avais déjà lu des avis similaires au tient (surement parmi les commentateurs précédents :D), je passe donc mon tour pour celui là. J'ai du lire trois bouquins de Miéville pour le moment donc ça va, j'en ai d'autres sous la main !

    RépondreSupprimer
  10. Et ben... La couverture et le résumé le faisait se programmer pour mes prochaines lectures avec ses influences lovecraftienne, malgré certains doutes. Mais la ta critique ainsi que les différents commentaires m'ont clairement refroidis, j'suis quasi déçus d'avance (lol)
    Mais bon au moins c'est fixé à présent. Du coup merci !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'y connais rien à Lovecraft donc je ne pourrais préjuger de l'effet de ce bouquin sur un fan, mais bon voilà de façon générale le bouquin je ne le conseillerai pas.

      Supprimer
  11. Oh il est dans ma PAL celui-là !
    C'est dommage que tu aies été déçue, en même temps ça m'arrive souvent quand j'attends beaucoup d'un livre :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je crains que ça n'ait pas grand chose à voir avec des attentes trop élevées. Le machin est limite pas lisible je crois. Enfin il ne m'en reste pas grand souvenir.

      Supprimer