12 janv. 2014

Le Livre d'Or de la SF - A.E. Van Vogt (1979) |AMHA S6E2|



Comme je suis en train d'arriver au bout de ma PàL, j'exhume de plus en plus souvent des bouquins qui y trainaient depuis fort longtemps. Celui-ci date de décembre 2010. Trois ans donc, depuis que M. Lhisbei m'a donné cet exemplaire doublon issu de sa tellement volumineuse bibliothèque qu'il achète les mêmes bouquins plusieurs fois.

Quand j'avais une douzaine d'années, à l'école, on nous a fait lire A la poursuite des Slans. J'ai détesté. Avec le recul, je me demande si ce n'était pas une technique particulièrement sournoise pour détourner les jeunes de la SF. 

Self-made superman

Contrairement à ce qu'on pourrait croire, je n'ai pas commencé cette anthologie avec appréhension suite à ma mauvaise expérience avec l'auteur. Près de 20 ans ont passé, on va dire qu'il y a prescription. C'est donc avec une certaine curiosité que j'ai commencé la préface de Patrice Duvic, intitulée Self-Made Superman

Ben dis donc, quel type ce Van Vogt ! Patrice Duvic décortique la biographie du grand maître, ses débuts, son passage par la dianétique, la théorie de développement personnel créée par Ron Hubbard (futur fondateur de la Scientologie) qui l'écarta de la science-fiction pendant 12 ans et bien sûr sur son travail d'écrivain. Passionnant. A elle seule cette préface vaut l'achat du livre.

Des nouvelles au parfum de vieux livre

Les nouvelles ont une légère senteur désuète qui les rendent très agréables à lire. A moins que cela ne soit l'odeur de vieux livre de mon exemplaire qui m'ait inspiré ce sentiment. La seule nouvelle à laquelle je n'ai pas accroché est la dernière, Jane et les androïdes. Les autres vont du très sympa (La cinémathèque, Processus,  Ne retenez pas votre souffle, Le premier rull) à vraiment passionnantes (Le fantôme, Futur parfait, Le détective non-A). Je ne vous ferai pas l'affront de les commenter davantage car j'ai fini le bouquin début octobre (et nous sommes fin décembre à l'heure où j'écris cette chronique) et que ma mémoire est mauvaise. 

En tout cas, cette lecture signe mon envie de me procurer tous les Livres d'Or de la Science-Fiction et de m'atteler à leur lecture. 

Notez que le recueil se conclut par un texte non-fictionnel de l'auteur La complication dans le récit de science-fiction dans lequel il décrit ses techniques d'écriture. Ma foi cet homme était très méthodique.

Informations éditoriales


Chez les blogopotes


CITRIQ






6 commentaires:

  1. J'aime ces Livres d'Or !
    Il faut que j'en prenne d'autres, tiens ! :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Wiiii trop bien les Livres d'Or. Je les veux TOUS :D J'attends tes chroniques des autres ^^

      Supprimer
  2. "Je ne vous ferai pas l'affront de les commenter davantage car j'ai fini le bouquin début octobre (et nous sommes fin décembre à l'heure où j'écris cette chronique) et que ma mémoire est mauvaise."
    LOL !! voilà une phrase que je devrais ressortir lorsque je chronique trop tardivement les livres que je lis !!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. *sifflote*
      A dire vrai je pensais ne pas le chroniquer, j'étais pas d'humeur à l'époque et puis j'ai changé d'avis, parce que les Livres d'Or c'est quand même trop bien.

      Supprimer
  3. "A elle seule cette préface vaut l'achat du livre."
    Ca résume bien cette série, on est presque obligé d'aimer l'auteur tant les préfaces sont bien fichues :D

    RépondreSupprimer