24 févr. 2014

Méridien de sang, Cormac McCarthy (1985) [AMHA S6E12]



On continue d’écrémage de la PàL avec cette fois un livre y ayant fait son entrée en décembre 2009. Acheté pour un euro à la librairie du Salon du Cheval.

De Cormac McCarthy, j'ai lu La Route bien sûr. Mais ce ne fût pas mon premier. Lorsque j'avais 16 ans, j'ai lu De si jolis chevaux. Attirée par la titre, je me suis prise une bonne grosse claque dans la figure, déjà à cause du style de l'auteur, très particulier, ensuite à cause du contenu, violent, sans concession, totalement à l'opposé de ce que le titre laissait présager. Je me suis relevée, sans trop de dommage, pour me dire que tout de même c'était vachement bien comme bouquin.

On ne pouvait donc pas dire que je n'étais pas prévenue. Mais là où De si jolis chevaux proposait tout de même une histoire d'amour impossible, Méridien de sang se roule allègrement dans la boue de l'histoire de la jeune - et violente - Amérique.

Un garçon, sans nom, de 14 ans fuit la maison paternelle, pour finir par s'acoquiner à un groupe d'hommes qui chassent et tuent les Indiens. Au fil des pages, la montée de la violence se fait de plus en plus pressante. Des massacres, des carnages, des exécutions sommaires, un personnage complètement psychopathe, seul instruit de la bande, que l'on nomme le juge. Méridien de sang est en fait l'exact inverse de La petite maison dans la prairie : les Etats-Unis au 19ème siècle d'un point de vue politiquement incorrect. Jusqu'au bout.

Je ne peux pas dire que j'ai aimé ce livre. C'était même assez désagréable comme lecture, nonobstant la plume atypique de l'auteur que j'aime beaucoup. Je ne suis cependant pas mécontente de l'avoir lu. Simplement par ce qu'il propose une approche non manichéenne (dans le sens "tous pourris tous cinglés") de cette période de l'histoire des Etats-Unis qui m'a toujours fascinée.

POUR ALLER PLUS LOIN



EN LIEN SUR LE BLOG


AILLEURS


CITRIQ



14 commentaires:

  1. de l'auteur, je n'ai lu que la Route pour le moment, un ouvrage claque en pleine tronche... J'ai pas retenté d'autre bouquin de McCarthy depuis, mais ce que tu dis sur De si jolis chevaux m'orienterait vers celui là d'abord... :)

    RépondreSupprimer
  2. Pareil, lu que la Route, mais j'en ai toujours entendu de bons échos, un jour je tenterais le coup !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je sais pas trop si c'est par celui-là qu'il faut commencer mais en tout cas c'est un auteur à découvrir.

      Supprimer
  3. En 2009, il y avait une librairie au Salon du Cheval, elle proposait des livres à 1€ et j'ai loupé ça alors que je suis **allée** au Salon du Cheval cette année-là ?
    Misère.
    De si jolis chevaux est dans "l'hypothèse d'hypothèque" de Jérôme Garcin dans La Chute de cheval (dont je parlerai bientôt). :)
    Malgré cela et malgré le bien que tu dis de l'auteur, je ne suis pas convaincue que je me pencherai sur ses bouquins un jour. Ils font un peu peur en fait.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est toujours la même et à ma connaissance y en a qu'une seule : elle est plutôt grande. Mais t'étais au Salon du Cheval en 2009 ? On s'est ptètre croisée :D
      C'est pas des bouquins faciles, il y a beaucoup de violence dedans, mais ils sont marquants en tout cas.

      Supprimer
    2. Yeah j'y suis allée en 2009, mais j'étais au chômage et en début de lancement en freelance alors c'était en semaine, un mardi ou un jeudi... Cette année j'ai voulu y aller mais le RER B a eu ma peau et j'ai abandonné le trajet à Gare du Nord. :( :(

      Supprimer
    3. Me souviens plus quand j'y suis allée mais il est plus probable que ça aie été un dimanche. J'ai pas eu le courage d'y aller cette année. J'avais des places mais personne pour aller avec moi et c'est loin :/

      Supprimer
  4. J'avais beaucoup aimé De si jolie chevaux, et beaucoup moins Le grand passage, qui de toute façon sont très différents de La Route, mais relativement semblables entre eux, dans la misère décrite, la pauvreté, la violence extrême. J'aime bien ta comparaison avec La petite maison dans la prairie, xD, c'est exactement l'antithèse. Je pense que je ne lirai plus de romans de cet auteur, je les trouve décidément trop sombres.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne me souviens absolument plus du Grand Passage pourtant je sais que je l'ai lu. Je comprends c'est en effet assez trash. J'en lirai d'autres, entre autre je voudrais bien finir la trilogie des confins (enfin tout relire parce que bon ma mémoire de poisson rouge ...). No county for old men m'intéresse beaucoup aussi, j'avais beaucoup aimé le film.

      Supprimer
  5. Faut vraiment que je lise la Route, en plus j’avais adoré le film...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pas trop accroché au film pour ma part. Mais le bouquin m'avais tellement marqué.

      Supprimer
  6. Ah, ce n'était surement pas le but de la chronique, mais je suis désormais tout à fait convaincu de ne jamais relire de Cormac McCarthy. =X

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Haha. Le but c'est que chacun y trouve ce qu'il cherche, ma foi, c'est réussi pour toi : au moins tu sais ce que tu ne veux pas.

      Supprimer