18 mai 2014

Bifrost 74 [AMHA S6E25]


Ce numéro de Bifrost est consacré à un auteur français qui ne doit être connu que par le fandom SF, ou peu s'en faut. Pourtant, Léo Henry a une belle plume et produit des textes puissants, bien souvent au format nouvelle, seul ou accompagné de Jacques Mucchielli (décédé en 2011). C'est ce que ce dossier démontrera au travers d'une longue interview, d'un article de Damasio sur la force du style de l'auteur, ainsi qu'un papier de Léo Henry lui-même, qui revient sur la part "Mucchielli" de leur oeuvre commune, lui rendant ainsi hommage.

Deux nouvelles de Léo Henry nous permettront d'approuver sur pièce le talent de l'auteur. Le cas Julien Declercq-Costa, un texte possédant une ambiance forte et surnaturelle. Inquiétant. Le Major dans la perpendiculaire est une uchronie délirante et bourrée de clin d’œil. 

Bifrost propose également deux autres nouvelles de jeunes auteurs. Pantin d'Olivier Caruso, qui commence comme suit : " Voilà comment je me suis retrouvé à masturber des pantins." Un huis-clos étonnant à la fin terrifiante. Dead Horse Point, de Daryl Gregory, ou l'histoire d'une brillante scientifique qui est prise d'absence et se coupe du monde extérieur, de plus en plus longtemps, pour résoudre ses calculs et mettre au point ses théories. Une belle histoire à la fin tragique.

Notons également un très bel éditorial signé Jean-Daniel Brèque rendant hommage à Lucius Shepard, décédé en mars dernier. Cet éditorial est disponible en ligne.

POUR ALLER PLUS LOIN

Illustration de Stéphane PERGER
avril 2014
184 pages
Je ne parle pas de toutes les rubriques, voir le sommaire complet

EN LIEN SUR LE BLOG


AILLEURS


CITRIQ



2 commentaires:

  1. Le cas de Léo Henry me fait penser à celui de Paul Bérato (qui a pratiquement écrit que sous pseudo Yves Dermèze, entre autre) auteur de SF français méconnu et pourtant relativement avant-gardiste pour son époque (des années 50 aux années 80 !).
    Et il y en a surement beaucoup d'autres qui vaudraient la peine d'être lus mais qui disparaissent sous les contingences du marketing de masse.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je n'en avais jamais entendu parler. C'est clair qu'il y a beaucoup de textes formidables qui se perdent ... Peut-être que le numérique pourra aider à en extirper quelques uns.

      Supprimer