4 mai 2014

Morwenna, Jo Walton (avril 2014) [AMHA S6E22]


Morwenna est désormais seule. Elle a perdu sa sœur jumelle dans un accident qui l'a elle-même laissée avec une jambe boiteuse et douloureuse. Elle fuit sa mère et quitte le pays de Galles où elle a toujours vécu  pour rejoindre son père et un pensionnat huppé en Angleterre. Elle trouve dans les livres, et plus particulièrement de SF,  une échappatoire au monde réel qui la malmène. Oh ! Et elle voit des fées aussi.
"A moitié" a dit Glorfindel; et il ne voulais pas dire que j'étais à moitié morte sans elle, ou qu'elle était à moitié passée de l'autre côté ni rien de tel, il voulait dire que j'en étais à la moitié de Babel 17 et que, si je continuais, je ne saurais jamais comment ça finissait.
J'ai adoré suivre le parcours de cette adolescente solitaire qui par bien des aspects m'a fait penser à moi au même âge (et encore un peu maintenant en fait) au travers de son journal intime. L'une des forces de ce roman est le sentiment d'identification à cette jeune femme qui a du mal à grandir, à s'intégrer et à trouver des gens qui lui ressemblent. On apprendra dans l'interview de l'auteure d'ActuSF que Jo Walton a mis beaucoup d'elle-même dans ce personnage (on notera également quelques correspondances biographiques) ce qui rend Morwenna d'autant plus parlante et touchante.
Le prêt entre bibliothèques est une des merveilles du monde et une gloire de la civilisation
[De nos jours, remplacer "prêt entre bibliothèques" par "Internet"]

Le second point fort de ce roman ce sont les références littéralement submergantes de romans de SF et de fantasy anglo-saxonne. Ce livre est un hommage total à la littérature de SF et le lecteur assidu du genre ne pourra que plonger avec délectation dans les dizaines de titres cités. Au final, j'en ai lu assez peu qui sont cités par Morwenna, mais ça ne m'a pas du tout gênée dans ma lecture : au contraire, ça m'a donné envie de lire encore et encore, même si, à moins de supprimer la nécessité du sommeil, c'est difficilement possible.
Ce n'est pas moi, je suis juste "une personne dans la foule" ou une "fille lisant dans un café". On m'a sélectionnée dans la liste des figurants et quand je partirai il y en aura une autre. Personne le me remarquera. Je fais partie du paysage. Rien ne donne plus l'impression de sécurité.
Ce livre intimiste est absolument passionnant, grâce à  son personnage principal attachant à qui le lecteur solitaire ne pourra s'empêcher de s'identifier ainsi qu'aux multiples références littéraires qui mettront des étoiles dans les yeux du fan de SF. Je peux dès lors sans prendre de risque affirmer que Morwenna fera partie de mes top livres de l'année 2014.
Quand je serai grande, je voudrais écrire quelque chose que quelqu'un pourra lire assis sur un banc par une journée pas trop chaude et qui lui fera complètement oublier le lieu et l'heure.
Bravo Jo Walton, c'est parfaitement réussi, même si ce fût plutôt les banquettes du RER pour moi.

A noter que dans l'interview d'ActuSF (lien ci-dessous), on apprend avec un immense plaisir que le premier tome d'une trilogie uchronique (Small Change), Farthing, sera publié prochainement chez Lunes d'Encre. Je suis joie car cette auteure est une excellente découverte pour moi et ayant appris qu'elle avait déjà écrit une dizaine de livres, je m'attristais de ne pas les voir traduits en français.

POUR ALLER PLUS LOIN

Titre original : Among Others, 2011
Traduction de Luc CARISSIMO
DENOËL, coll. Lunes d'Encre, avril 2014
352 pages
British Fantasy Award 2012, Prix Hugo 2012, Prix Nebula 2011.
Liste des livres cités par Jo Walton. Liste traduite en français par Lorhkan.
Interview de l'auteure par ActuSF

AILLEURS

Antoine, Lune, Lorhkan, Efelle, Gromovar,

CITRIQ



14 commentaires:

  1. Farthing c'est très bon. Et en plus c'est une histoire complète, donc inutile de lire la trilogie entière si tu as d'autres choses sur le feu.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Haha tu l'as déjà lu. Trop bien ! J'ai hâte.

      Supprimer
  2. L'identification en effet. Parce que bon, à combien de héros de livres de SFFF on a eu l'occasion d'autant s'identifier? J'ai du mal à en trouver, là, comme ça...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Moi aussi mais j'ai toujours du mal à répondre à ce genre de questions sur le fil. Ça demanderait réflexion.

      Ce qui est particulier avec Morwenna c'est que c'est une lectrice. La plupart des héros de SF et fantasy font plein de choses formidables (ou pas) mais ne sont pas ce que sont les personnes qui les lisent.

      Ça se rapproche fortement de l'Histoire sans fin en fait. Quand j'étais gamine je m'identifiais vachement à Bastien (du film, j'ai lu le livre sur le tard).

      Supprimer
  3. Ah l'ado solitaire fan de SFFF, pas difficile de s'identifier à ce genre d'héroïne, en effet ! Je ne te remercie pas, avec ton article alléchant, j'ai un livre de plus dans mes achats urgents ! ;-)

    RépondreSupprimer
  4. Encore un coup de coeur pour ce bouquin, ouais ! :D

    RépondreSupprimer
  5. Je le veuuuuuuuuuuuuuuuux :D

    RépondreSupprimer
  6. Ce livre est un véritable complot, comment peut-on résister à l'histoire d'une livre qui lit et cherche la magie du monde !
    Tu me donnes encore plus envie de le lire, et plus je découvre Farthing au passage qui a l'air tout à fait intéressant. C'est un pousse au crime !

    RépondreSupprimer
  7. Ah je n'ai pas lu l'interview de l'auteure chez ActuSF : voilà aussi pourquoi, Morwenna nous semble tellement authentique. C'est d'ailleurs la protagoniste qui "fait" le livre, en fait. J'ai beaucoup apprécié ce livre moi aussi.

    RépondreSupprimer