3 août 2014

L'accroissement mathématique du plaisir, Catherine Dufour (2008) [AMHA S6E33]



De Catherine Dufour, j'ai déjà lu les excellents Outrage et rébellion et Le goût de l'immortalité. Il était temps que je m'attaque à son recueil de nouvelles, qui traînait depuis deux ans et demi dans ma pile à lire.

Le recueil comporte 21 nouvelles, qui vont du fantastique plus ou moins classique à la science-fiction et même une nouvelle de fantasy ... se déroulant dans l'univers de Troy (la bande dessinée d'Arleston). Le ton est donné : ce sera celui de l'éclectisme.

En tête de mes nouvelles préférées, loin devant tout le monde : l'immaculée conception, une nouvelle on ne peut plus dérangeante sur la maternité. C'est l'histoire de Claude, jeune femme totalement insignifiante, à la vie vide de sens, qui tombe enceinte, elle ne sait pas comment. C'est glauque, cynique et pessimiste. 

Outre l'immaculée conception, notons quelques textes qui sortent du lot : Je ne suis pas une légende, nouvelle hommage au texte de Richard Matheson, que j'avais déjà lue et appréciée dans le Bifrost 30.  Le sourire cruel des trois petits cochons où de la poudre de fée va faire des dégâts. La perruque du juge ou le procès absurde de Peter Pan. Mémoires mortes est également un très beau texte dans lequel une ado va chercher la cause de la mort de son frère; cela se passe dans un univers où la réalité virtuelle a envahi l'espace numérique. 

De rares textes m'ont semblé totalement hermétiques : Le poème au carré (je n'ai pas lu Lewis Caroll, là est peut-être l'explication), Kurt Cobain contre Dr. No

Le livre comporte également un texte d'introduction à Catherine Dufour écrit par Richard Comballot, une préface qui présente les nouvelles de Brian Stabbleford et une postface de l'auteure elle-même qui revient sur la genèse des textes.

Un recueil dont la seule nouvelle L'immaculée conception justifie à mon sens la lecture. Pour le reste, on trouvera son compte dans la diversité des nouvelles, qui fait la richesse de ce type de recueil, donnant un aperçu des talents de l'auteure. On n'accrochera pas à tout, mais suffisamment pour y trouver son bonheur.


POUR ALLER PLUS LOIN
Le Bélial' (2008) /Folio SF (octobre 2011)
528 pages
Je ne suis pas une légende en version audio (c'est gratuit)
Les nouvelles peuvent aussi être achetées à la pièce en numérique

EN LIEN SUR LE BLOG
Outrage et rébellion
Le goût de l'immortalité
L'univers de Troy

AILLEURS

Efelle,


CITRIQ




10 commentaires:

  1. Je reste souvent interrogative devant les titres de ses livres, il faudra que je tente un de ces jours.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est le titre d'une nouvelle. Qui ne m'a pas plus marqué que ça.

      Supprimer
  2. J'ai bien l'intention de m'y mettre à la rentrée, d'autant plus que l'auteure sera présente aux Utopiales (!) Par contre, je pense plutôt commencer par l'un de ses romans.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ha oui, elle sera aux Uto ? Mon préféré reste Outrage et rebellion mais Le goût de l'immortalité se passe avant dans le même univers.

      Supprimer
  3. Un très chouette recueil de nouvelles !
    Je n'ai pas accroché non plus à l'ensemble des nouvelles, mais la première est sans conteste la plus marquante. L'une de celles qui m'est aussi le plus resté est la nouvelle sur les icônes russes, je ne me rappelle plus du titre.
    (À noter que l'édition chez Le Belial' arbore une magnifique couverture signée Caza.)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. La première je l'avais déjà lue ailleurs et écoutée en podcast. Mais elle est bien effet.

      Supprimer
  4. Tiens faudrait que j'y jette un oeil à celui-là ^^

    RépondreSupprimer
  5. C'est dommage s'il n'y a qu'une nouvelle qui se détache vraiment par rapport aux autres. C'est ce qui me repousse dans les recueils maintenant. La diversité c'est bien mais si 1/2 histoires sont marquantes et le reste est vite oublié j'ai l'impression d'avoir perdu mon temps.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui je comprends. Je préfère aussi quand les textes sont plus homogènes, tant sur l'appréciation du contenu que sur les thèmes. Par exemple La petite déesse, toutes les nouvelles se passent dans le même univers et il y a une certaine progression.

      Supprimer