14 sept. 2014

Bifrost 75 (nouvelles) [AMHA S6E37]


Outre un solide dossier sur Poul Anderson et les rubriques habituelles, ce numéro de Bifrost propose quatre nouvelles.

Tout voyage s'arrête, Poul Anderson.  Norman Kane est télépathe. Il semble être le seul être télépathe qui existe. Au hasard d'un voyage, il perçoit les pensées d'une femme télépathe, mais à bord de deux trains différents les deux êtres ne peuvent se retrouver. Il conte sa solitude, ce qu'il ressent face aux pensées des autres. Belle écriture touchante.

Real life 3.0, de Jean-Marc Ligny & Faits pour être ensemble, Ken Liu ont ceci en commun qu'elles portent sur les conséquences néfastes du trop-plein de numérique dans notre quotidien. Real life 3.0 traite de la question de la"virtualité réelle" si je puis dire, par opposition à la réalité virtuelle, qui permet d'enjoliver une réalité devenue trop sordide. Ce sont les Google Glass poussées à l'extrême, au point de ne plus distinguer ce qui est réel ou non. La nouvelle de Ken Liu quant à elle parle d'une intelligence artificielle paternaliste qui gouverne les faits et gestes de chacun, à ne plus savoir si c'est l'entité qui prend les décisions et suscite les envies ou l'individu. Les deux nouvelles sont dystopiques mais j'ai trouvé que celle de Ken Liu allait plus loin dans sa réflexion que celle de Ligny.

In memoriam, Poul Anderson. Cette vertigineuse nouvelle raconte l'histoire de la Terre depuis la mort du dernier homme jusqu'à la mort du Soleil. C'est puissant, émouvant et cela m'a fait penser au dernier paragraphe de La route, qui dit en gros (de façon très poétique, je ne rends pas justice à ce superbe texte) que l'homme est une virgule dans l'histoire de la Terre.


POUR ALLER PLUS LOIN




8 commentaires:

  1. Oui, au niveau des nouvelles ce numéro est aussi un bon cru.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tout à fait et comme bien souvent dans Bifrost.

      Supprimer
  2. Han han la dernière nouvelle m'inspire !! :)
    Sais-tu que Lovecraft a écrit une nouvelle sur le dernier homme ? Elle s'appelle "Till A' The Seas" (je crois qu'elle n'a jamais été traduite en français) et est un de ses textes qui m'a le plus marquée. Depuis celle-ci et Les fils de l'homme de P. D. James j'ai envie de relire quelque chose du genre...

    RépondreSupprimer
  3. "Vertigineux" est effectivement le terme adéquat pour qualifier In Memoriam ! Quant à Tout voyage s'arrête, je comprends pourquoi Robert Silverberg a déclaré s'en être inspiré pour écrire L'oreille interne. N'empêche, dans les deux cas, la vision de l'auteur sur l'être humain est franchement glaçante (pas que ce soit pour me déplaire, cela dit).

    J'ai découvert Bifrost (et Poul Anderson par la même occasion) avec ce numéro et j'en suis vraiment ravi ! C'est d'ailleurs une très bonne idée de leur part de se rendre accessible sur liseuse.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ça fonctionne bien sur liseuse ? Je n'ai jamais essayé.

      Supprimer
    2. J'ai trouvé ça plutôt pratique dans l'ensemble, même si c'est forcément moins maniable que le magazine papier (moins facile de sauter d'une section à l'autre en fonction de l'envie du moment). Du coup je l'ai lu de façon linéaire, du début à la fin, mais je trouve qu'il s'y prête bien de toute façon.

      Supprimer
    3. Oui en effet parfois une revue on la lit dans le désordre. Bon cela dit quand cela m'arrive dans le Bifrost en général ce sont de grandes sections. Par exemple, lire les nouvelles à la fin. Ou commencer par le cahier critique.

      Faudra probablement que j'y songe un jour car je commence à avoir un sacré paquet et ma bibliothèque n'est pas extensible :/

      Merci pour les infos :)

      Supprimer