22 juin 2015

Royaume de vent et de colères, Jean-Laurent Del Socorro [AMHA S7E11]



Jean-Laurent Del Socorro signe pour son premier roman un texte incisif qui tient davantage du roman historique que de la fantasy. Voyons de plus près de quoi il retourne ...

La France de la fin du XVIème siècle se consume en guerres de religion. Dans la presque défunte république de Marseille, à l'auberge de la Roue de la Fortune, on fait la connaissance des quatre principaux protagonistes de ce récit  : Axelle, Victoire, Armand et Gabriel.

Très court, le roman va à l'essentiel. Si l'on a droit à un récit avec personnages point de vue à la Trône de Fer, l'auteur ne s'embarrasse pas de longues descriptions ou de circonvolutions littéraires : les chapitres sont courts, les actions s’enchaînent rapidement. On pourrait craindre du coup que l'intrigue soit soporifique, les personnages peu développés, l'univers peu construit. Mais étrangement le tout fonctionne à merveille. Les personnages sont attachants, surtout au travers de leur passé qui nous est raconté par flashback, l'histoire quoique connue par l'Histoire est prenante, la touche de fantasy en cerise sur le gâteau et l'immersion dans cette France du XVIème siècle se fait aisément.

 J'ai aussi particulièrement apprécié la nouvelle qui suit le roman et qui s'attache au petit personnage de Gabin, le commis de cuisine de l'auberge, personnage touchant s'il en est.

Le livre se conclut par une interview de l'auteur qui revient sur le genèse de son histoire.

Premier roman et pari réussi pour Jean-Laurent Del Socorro. Court, fébrile, Royaume de vent et de colères nous entraîne dans les rues de Marseille à un rythme soutenu à la vitesse des pages qui se tournent. Les petites histoires des personnages rejoignent la grande, celle que l'on apprend à l'école et qui assurément est bien plus passionnante ici.

Informations éditoriales
Publié chez ActuSF en 2015. L'illustration de couverture est réalisée par Jilek Jakubiec. 249 pages en numérique, soit 1.5 cm, l'épaisseur de ma liseuse.

Chez les blogopotes



CITRIQ





11 commentaires: