27 juil. 2015

La ménagerie de papier, Ken Liu |AMHA S7E17|


Voici donc mon premier devoir de vacances : lire La ménagerie de papier pour le Prix Planète SF. Ken Liu est un auteur que je découvrais -presque- avec ce recueil composé de 19 nouvelles. Je dis presque car je l'avais déjà lu dans le Bifrost n°75 avec Faits pour être ensemble, qui a remporté le prix des lecteurs Bifrost 2014.


La ménagerie de papier est un recueil de nouvelles dont les points forts sont la diversité des thèmes et du traitement qui en est fait, l'influence asiatique, la puissance des émotions. Un trait important est aussi que chaque texte résonnera (ou ne résonnera pas, parfois) à ce qui anime plus particulièrement le lecteur. Si je devais choisir mon trio de textes préférés, j'avancerais : Trajectoire, La forme de la pensée et Les algorithmes de l'amour.

Diversité et affranchissement des limites de genres


Ce qui fait la force de ce recueil est donc sa diversité. Entre SF et fantastique (ou fantasy, je ne sais pas trop mais ça n'a pas d'importance), l'auteur s'affranchit des limites des genres pour écrire des textes presque toujours émouvants (certains m'ont moins touchée) même s'ils abordent parfois des sujets pointus.

Nouvelles remarquables


Parmi ceux qui m'ont le plus marquée, je note  :
* Les algorithmes de l'amour. Une nouvelle assez vertigineuse qui pousse très loin la réflexion sur l'intelligence artificielle et l'esprit programmé.
* Trajectoire, peut-être ma nouvelle préférée. On y parle d'immortalité, de vieillissement, de l'acceptation de mourir.
* Le livre chez diverses espèces. Expérimentation autour de la lecture chez des extraterrestres, c'est assez fascinant et original.
* Emily vous répond. De l'importance de se souvenir. Non dépourvu d'humour, mais le genre d'humour qui fait rire jaune.
* La ménagerie de papier. Evidemment. Pour la puissance des émotions.
* L'oracle. Une nouvelle sur la prédictibilité des comportements, dont le thème n'est pas sans rappeler Minority Report (je me réfère au film, je n'ai pas encore eu l'occasion de lire la nouvelle dont il fût tiré, écrite par Philipp K. Dick)
* La forme de la pensée fait écho à de précédentes lectures : L'opéra de Shaya de Sylvie Lainé ou bien encore La créode de Joëlle Wintrebert. On y aborde la thématique de l'altérité et de la difficulté (voir impossibilité) de communication, sujet passionnant s'il en est.

J'ai par contre moins accroché à Renaissance, Avant et après, L'erreur d'un seul bit.

Informations éditoriales

Textes réunis par Ellen Herzfeld & Dominique Martel. Coédité par  le Bélial' et Quarante-Deux en avril 2015. Traduit par Pierre-Paul Durastanti. Illustration d'Aurélien Police. 320 pages en numérique (448 en papier) soit 1.5 cm, l'épaisseur de ma liseuse. 14 textes inédits sur 19. La ménagerie de papier a obtenu le Nebula en 2011, le Hugo en 2012, le World Fatasy en 2012, tous les trois en catégorie "nouvelle". Mono no aware a obtenu le Hugo en 2013, catégorie "nouvelle".
Sommaire des nouvelles : Renaissance ; Avant et après ; Les Algorithmes de l’amour ; Nova Verba, Mundus Novus; Faits pour être ensemble; Emily vous répond; Trajectoire; Le Golem au GMS ; La Peste ; L’Erreur d’un seul bit ; La Ménagerie de papier ; Le Livre chez diverses espèces ; Le Journal intime ; L’Oracle ; La Plaideuse ; Le Peuple de Pélé ; Mono no aware ; La Forme de la pensée ; Les Vagues.

Chez les blogopotes


Première Participation
                                            



11 commentaires:

  1. Bon... C'est la chronique de trop :p Je n'en entends que du bien de Ken Liu, en anglais, en français, sur ses romans et ses nouvelles, il va falloir que je me mette dedans ^^ Merci pour ton compte rendu les thèmes qu'il aborde, ça me donne très envie !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonne lecture alors ! Bientôt une chronique vidéo ?

      Supprimer
    2. Bientôt, c'est un bien grand mot, mais quand je le lirai, je ne manquerai pas d'en faire une en tout honneur alors :3

      Supprimer
  2. Yep, c'est du bon.
    À lire, pour ceux qui n'auraient pas (encore) compris. ;)

    RépondreSupprimer
  3. Je ne lis quasi jamais de nouvelles and co... mais je devrais peut-être m'y mettre.
    C'est vrai que j'aimais bien ce genre de recueil que j'ai lu chez Stephen King (Danses Macabres, and co) - c'est celui qui me revient mémoire.
    Bon par contre, parfois j'ai du mal à entrer dans l'histoire avant qu'elle ne soit terminée.
    C'est un bon exercice pour un auteur j'imagine!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai le même problème, mais je lutte car on est souvent récompensé. King est très bon noveliste.

      Supprimer
  4. C'est surprenant de voir les différentes nouvelles favorites, Emilie m'a répondu, je suis passée à côté pour le coup ^^ En tout cas, recueil à lire, je plussoie Lorhkan !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. En effet ^^ C'est la magie des recueils.

      Supprimer
  5. Bon ça suffit, trop de louanges c'est louche, je vais attendre un avis négatif pour me décider :P

    RépondreSupprimer