16 juil. 2015

Roche-Nuée, Garry Kilworth |AMHA S7E16|


Roche-Nuée est un des deux livres issus du financement participatif des jeunes éditions Scylla. Il s'agit d'une réédition d'un roman publié en 1989 chez Denoël, dans la défunte collection Présence du Futur. Un des objectifs des éditions Scylla est de justement proposer des rééditions de textes de qualité épuisés.

Roche-Nuée est un fable ethnologique et préhistorique à la fois détaillée et émouvante. Je me suis passionnée pour l'histoire de ce narrateur sans nom à l'existence floue et en particulier pour sa quête vers la différenciation de son frère et de son groupe. Les aspects anthropologiques sont également très intéressants et au fil de l'histoire on comprendra ce qui a amené ces familles à vivre de la sorte. Le tout est servi par un style poétique mais cependant très aisé à lire.


La famille Jour, la famille Nuit et les indésirés

Roche-Nuée est une montagne au milieu d'un désert. Très isolés, ses habitants se sont divisés en deux familles :
- La Famille Jour qui vit dans des yourtes et chasse le jour
- La Famille Nuit qui vit dans des cavernes et chasse la nuit

Les deux groupes sont endogames, incestueux même puisqu'ils s'épousent entre frère et sœur, voire entre mère et fils et père et fille. Les fruits de ces unions sont souvent mal formés ou présentent des retards mentaux et autres joyeusetés que la reproduction à l'intérieur d'une même famille tend à faire apparaître au fil des générations. On les appelle les indésirés et ils sont jetés du haut d'une falaise, en offrande au Dieurouge. 


Le narrateur, être difforme et asexué, a échappé à ce triste sort grâce à son frère Argile. Il doit sa non-existence au fait qu'il est considéré comme l'ombre de ce frère, qui ne lui parle jamais et fait comme s'il ne le voyait pas. Il n'a pas de nom, ronge les os jetés dans le feu par les autres membres du groupe.

Ethno-SF

On suit donc le quotidien de ce groupe dont les mœurs nous sont largement décrites et qui insuffleront son genre au roman : on est ici dans de l'ethno-SF. On ne sait pas où on se trouve : sur Terre ou ailleurs ? On ne sait pas quand on se trouve : à la préhistoire ou après une catastrophe qui aurait conduit l'humanité à régresser ? Tout cela n'a bien sûr pas d'importance.
Il grandit, cherchant du réconfort parmi ceux de son espèce, les rochers et les pierres, et rêvant des temps où il serait libéré de l'endroit où il était né.
Je m'éveillai. 

Quête d'identité

Un événement va bientôt venir chambouler la vie d'Argile et de son ombre-frère : Argile va tomber amoureux d'une fille de la Famille Nuit, Tilana. La stabilité du groupe est menacée. Le narrateur sera amené à évoluer, à se différencier. La deuxième moitié du roman devient ainsi une quête d'identité, de découverte du monde et de rencontres.

Informations éditoriales

Roman publié pour la première fois en 1988 sous le titre de Cloudrock. 1989 pour l'édition française chez Denoël Présence du Futur. Réédité en 2015 aux éditions Scylla. Traduit par Monique Lebailly. L'illustration de couverture ainsi que les illustrations intérieures sont réalisées par Laurent Rivelaygue. 205 pages soit 1,7 cm de papier d'excellente facture.

Chez les blogopotes







17 commentaires:

  1. Tu as su asseoir l'histoire pour me donner envie :) Et comme tu m'avais parlé de ce titre, je le surveille.

    RépondreSupprimer
  2. Hum, il a l'air pas mal aussi celui-ci, de toute façon il est dans ma PAL, plus qu'à l'en sortir !

    (ps: j'ai trouvé une solution pour commenter !!! et c'est bien mon navigateur qui fait de la merde, ça ne passait pas non plus sur un autre blog, et en passant sous firefox, ça marche. Hourra !)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Cool c'est une bonne nouvelle pour les commentaires ! J'espère que tu le chroniqueras quand tu l'auras lu.

      Supprimer
  3. Ce commentaire a été supprimé par un administrateur du blog.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Se servir des commentaires d'un billet sur un roman pour faire de la pub c'est mal. Et l'essai de manipulation en commençant par un compliment c'est encore plus mal.

      Supprimer
  4. Un très joli texte (et une couverture juste superbe).

    RépondreSupprimer
  5. Cette chronique me donne vraiment envie de lire le livre ! Merci.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'espère qu'il vous plaira si vous le lisez. Merci de votre visite !

      Supprimer
  6. Wow, tu donnes sacrément envie là !
    Du coup le roman vient de faire une remontée sur ma PAL, merci pour lui. ^^

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Voilà qui me fait plaisir :p Il est en quelle position du coup ?

      Supprimer
    2. Pas loin du haut. En plus, il est challenges-compatible (perso je l'aurais ajouté au Summer Star Wars, on n'est pas loin du planète-opéra même si on ne sait pas situer le roman, non ? Mais peut-être que j'ai tout faux, je réviserai peut-être mon jugement en lisant le roman)... ;)

      Supprimer
    3. Euh ben honnêtement je trouve que ça lorgne plus vers la préhistoire, ou la protohistoire puisqu'il y a apparition un peu abrupte de l'écriture sur la fin, alors que le peuple qu'on suit ne la possède pas. C'est le seul élément qui pourrait éventuellement faire penser à une civilisation qui a été auparavant évolué et qui a régressé par après. Il n'est fait aucune mention d'artefact moderne comme dans Enig Marcheur par exemple et la mythologie des deux peuples n'a pas besoin d'une explication extra planétaire pour être comprise. On ne sait pas si ça se passe sur Terre ou pas, mais cela peut tout à fait bien se passer sur Terre.

      Supprimer
    4. Ok, merci pour ces précisions. ;)

      Supprimer
  7. Réponses
    1. Ha mais oui c'est vrai tu l'as lu aussi toi. Faut que j'aille relire ta chronique.

      Supprimer